Dans cette édition de Mangas-mélos, on parle du tome 3 des Misérables, des tomes 2 et 3 de Cesare, ainsi que du premier tome de Plus forte que le sabre.

Les misérables, tome 3 – Takahiro Arai

Couverture Les Misérables (manga), tome  3

Que je suis heureuse d’avoir découvert cette oeuvre ! Dans la continuité du tome 2, le tome 3 est lui aussi truffé d’émotions, de choix déchirants. Il s’attarde à la fois sur Fantine et Madeleine, le maire.

Ce tome a pour thème principal la conscience. Quel choix est juste ? Dois-je faire celui qui me protège ou celui qui est utile à un plus grand nombre, au risque d’en subir les conséquences ? 

Madeleine est remarquable dans ce tome. C’est aussi l’occasion de faire plus ample connaissance avec l’inspecteur Javert. 

Franchement, n’hésitez pas, si vous souhaitez découvrir le roman de Victor Hugo par un autre biais, ou si vous souhaitez en savoir plus avant de vous lancer dans la lecture de l’oeuvre « complète ».

203 pages. Éditions Kurokawa.

Autres tomes chroniqués : tomes 1 et 2 – tome 4  tomes 5 et 6


Cesare, tome 2 – Fuyumi Soryo

Couverture Cesare, tome 02

L’intrigue se poursuit, la personnalité de Cesare se découvre, ainsi que ses intentions. On en apprend plus sur son père et son ennemi, Giuliano Della Rovere, qui souhaitent tout deux remplacer le Pape, désormais sur son lit de mort. J’ai apprécié ce petit tour au Vatican et la magnifique illustration de la Chapelle Sixtine et de son plafond alors qu’il n’était encore décoré que d’étoiles. 

J’apprécie également beaucoup le personnage de Miguel, ami de Cesare. Son dévouement est touchant. Quant à Angelo, il est toujours aussi naïf, mais apporte aussi un vent de fraîcheur entre les fractions qui se disputent !

224 pages. Éditions Ki-oon.

Cesare, tome 3 – Fuyumi Soryo

Couverture Cesare, tome 03

Toujours aussi intéressant, ce tome met en lumière la relation entre Cesare Borgia et Giovanni de Médicis. Il s’attelle aussi à expliquer les querelles entre les factions de l’université, notamment celles entre les Espagnols, menés par Cesare, et les Français, menés par Henri.

J’ai apprécié la mise en lumière des différences culturelles et religieuses, et les réflexions de Cesare, qui s’indigne du fait que l’on ne respecte pas ceux qui ont une autre religion que le catholicisme.

On entre de plus en plus dans les arcanes du pouvoir, dans les intrigues, les stratégies. La narration est plutôt lente, mais j’aime tout de même beaucoup ce manga !

220 pages. Éditions Ki-oon.

Autres tomes chroniqués : tome 1  tomes 4 et 5  tome 6  tome 7


Plus forte que le sabre, tome 1 – Hiroshi Hirata

Couverture Plus forte que le sabre, tome 1

Petite plongée dans le Japon du XVIe siècle auprès d’Hisa, jeune épouse d’un guerrier nommé Yasuhide. Hisa lui montre sa force mentale dès la nuit de noces, et fait également preuve d’une grande force physique. Un personnage assez impressionnant.

Pourtant, j’ai failli abandonner au bout de quelques pages. La narration me paraissait bizarre à certains moments, je ne saisissais pas très bien la temporalité, et j’avais du mal à identifier les personnages.

Finalement, l’histoire est plutôt intéressante, même si j’ai du mal à me représenter les idées des personnages, notamment celles d’Hisa. Elle me semble parfois contradictoire… À voir dans le prochain tome !

232 pages. Éditions Delcourt (Samouraï).


Avez-vous lu ces mangas ? 

Prochainement : Cesare, tome 4 ; Les Misérables, tome 4 ; Plus forte que le sabre, tome 2 (possiblement 3).

 

Publicités