Les mangas du jour : Cesare, tome 9, Gisèle Alain, tome 3 et Perfect World, tomes 4 et 5.

Cesare, tome 9 – Fuyumi Soryo

Couverture Cesare, tome 09

C’est la fin du séjour à Florence. La fin aussi de l’alliance tripartite ; les tensions entre les cardinaux se renforcent, Savonarole gagne en puissance et en influence. C’est aussi le moment de rencontrer le grand-père d’Angelo. Angelo qui reçoit de nouvelles responsabilités de la part de Cesare.

Un tome plaisant, entre sérieux et humour. Particulièrement à la fin, avec Giovanni, qui ne me plaisait pas tellement au début de la série et qui commence à remonter dans mon estime. Angelo commence à devenir plus « adulte », cela pour le plus grand bien de la série. Cesare montre aussi de nouvelles qualités. Quelques passages sont très touchants.

222 pages. Éditions Ki-oon.

Autres tomes chroniqués : Tome 1 – Tomes 2 et 3 – Tomes 4 et 5 – Tome 6 – Tome 7 – Tome 8


Gisèle Alain, tome 3 – Sui Kasai

Couverture Gisèle Alain, tome 3

Encore de petites aventures sympathiques, mais je dois dire que je me lasse un peu. Certes, Gisèle est attachante, mais je me demande où tout cela peut bien nous mener.

J’ai apprécié de lire la rencontre entre Éric et Gisèle. Par contre, j’ai été surprise : je ne pensais pas que Gisèle était si jeune (à peine quatorze ans) ! Cela ne change rien à sa force et sa débrouillardise, mais je me dis que le récit est un peu irréaliste, dans ce cas. 

J’aime aussi plonger dans le passé de Gisèle, apprendre à connaître sa famille, son histoire ; c’est intéressant et ça offre un rythme légèrement différent au manga.

205 pages. Éditions Ki-oon.

Autres tomes chroniqués : Tome 1 – Tome 2


Perfect World, tome 4 – Rie Aruga

Couverture Perfect world, tome 4

Après la fin du tome 3, j’avais hâte de connaître la suite de l’histoire d’Ayukawa et Tsugumi. Cependant, j’ai trouvé ce quatrième tome moins prenant, moins intéressant. Je l’ai lu sur trois jours alors qu’il est très rapide à lire et je me souviens peu de ce qu’il s’est passé dedans (alors que je viens juste de le finir, au moment où j’écris ces lignes). 

J’espère que la suite sera un peu plus rythmée et tournera moins en rond. Au bout d’un moment, les constructions et déconstructions de relations, c’est lassant…

164 pages. Éditions Akata.

Perfect World, tome 5 – Rie Aruga

Couverture Perfect world, tome 5

Nous découvrons de nouveaux personnages, qui permettent à Kawana de réfléchir à sa relation avec Ayukawa. Elle fait des choix qui ne me conviendraient pas ; je me demande si elle est vraiment maîtresse de sa vie, en fait. J’ai l’impression qu’elle se sent tellement impuissante qu’elle laisse les autres décider à sa place.

Mon intérêt commence un peu à s’émousser, je dois dire. Il y a des choses intéressantes, c’est sûr, mais j’ai l’impression qu’on tourne un peu en rond et j’ai peur que ça continue comme ça…

192 pages. Éditions Akata.

Autres tomes chroniqués : Tome 1 – Tomes 2 et 3


Que pensez-vous de ces séries ?

Publicités