Je me suis offert Le confident pour mon anniversaire, il y a près d’un an. Le résumé me plaisait bien. Suite au décès de sa maman, Camille, éditrice, reçoit une lettre, puis d’autres, d’un certain Louis. Celui-ci lui raconte l’histoire de quatre personnes, qui prend place un peu avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Le confident, premier roman d’Hélène Grémillon, a rencontré un franc succès et a remporté plusieurs prix littéraires.

Couverture Le Confident

Trois éléments du résumé ont contribué à me faire acheter ce roman : l’aspect historique de la Seconde Guerre mondiale, la partie épistolaire, et les secrets que toute l’histoire renferme.

Concernant la Seconde Guerre mondiale, rien de transcendant. Elle sert tout simplement de cadre à l’histoire, permet certaines actions des personnages. Excepté quelques dates mentionnées, je n’ai pas appris grand-chose sur cette période. Dommage.

Pour la partie épistolaire… Je ne sais pas quoi dire. En réalité, les seules lettres sont celles que Camille reçoit de la part de Louis ; elle ne correspond pas avec lui. Il pourrait donc s’agir d’un journal ou d’un livre qu’elle lirait, cela ne ferait aucune différence.

En revanche, les révélations sur les quatre personnages mentionnés en préambule sont légion. Leur histoire est complexe, mais souffre de répétitions, car parfois racontée par plusieurs personnages. 

Pour tout vous dire, je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoire… Je l’ai trouvé complètement malsaine. Je me sentais sale, j’avais envie de prendre une douche chaque fois que je refermais le livre. Le tout devient presque un thriller. Difficile de reprendre son souffle. Je ne peux pas dire que j’ai aimé ce roman ; je ne l’ai pas détesté pour autant. J’avais simplement trop d’attentes et, surtout, elles étaient bien trop différentes du récit que j’ai découvert. Je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages non plus. Cela ne m’a pas empêchée de tourner les pages, voulant connaître le fin mot de l’histoire, malgré quelques éléments plutôt prévisibles

Pour résumer, Le confident a été une lecture particulière dont je ne sais que penser. Elle m’a mise mal à l’aise, et j’avoue avoir du mal à bien saisir l’engouement autour du livre, excepté pour le fait que ce roman correspond à ce que l’on appelle un page-turner.

311 pages. Folio.

autourdumondeellesecrivent

Lu dans le cadre du défi Autour du monde, elles écrivent…
Publicités