Recherche

Une vie, des livres

…et plus encore!

Catégorie

Premières impressions

Premières impressions #15

Couverture de Ne m'approchez pas par Emilie Achin

Premières lignes

Les gens pensent souvent que les riches n’ont pas de problème. Ils se disent que nous avons beaucoup de chance et faisons ce que nous voulons sans avoir à nous inquiéter du lendemain.

Ils aimeraient être à notre place et imaginent tout ce qu’ils feraient avec un compte en banque comme le nôtre. 

Mais la santé n’a pas de prix et on peut être multimillionnaire, cela ne veut pas dire qu’on peut guérir de tout.  Lire la suite

Premières impressions #14

Couverture 1Q84, tome 2 : Juillet-septembre

Premières lignes

La fin de la saison des pluies n’avait pas encore été officiellement annoncée, mais le ciel était tout à fait dégagé et un soleil de plein été chauffait la terre sans retenue. Les saules, chargés d’une foule de jeunes feuilles vertes, faisaient osciller sur les rues des ombres denses que l’on n’avait pas vues depuis longtemps.

Tamaru accueillit Aomamé dans l’entrée. Il portait un costume sombre mais estival, et avait noué une cravate unie sur une chemise blanche. Il ne paraissait pas transpirer du tout. Aomamé trouvait toujours très étonnant qu’un homme aussi puissant que lui ne transpire pas, même par des journées aussi chaudes.  Lire la suite

Premières impressions #13

Couverture Mon petit coeur de pierre

Premières lignes

Le jour de la rentrée, j’ai eu la plus grosse surprise de ma vie.

Et quand je dis grosse surprise, attention, c’est loin d’être à la hauteur de ce que j’ai ressenti.  Lire la suite

Premières impressions #12

Couverture The air he breathes

Premières lignes

– Tu as tout ?

Jamie, debout dans l’entrée chez mes parents, se rongeait les ongles. Ses magnifiques yeux bleus me regardaient en souriant, me rappelant la chance que j’avais de pouvoir me dire qu’elle était à moi.  Lire la suite

Premières impressions #11

Couverture Les Terres de l'Est, tome 2 : Neal

Premières lignes

La guerre est finie.

Enfin, c’est ce qu’il paraît.

C’est le Caporal Djangar qui est venu nous l’annoncer ce matin. Comme ça, d’hommes à hommes. Sans vivat ni clairon triomphant. Nous sommes restés bêtement les bras ballants. Sans savoir que faire. «Rentrez chez vous» qu’il nous a dit. S’il existe encore un chez nous.  Lire la suite

Premières impressions #10

Couverture Lexi Smart a la mémoire qui flanche

Premières lignes

Quelle soirée nulle ! La plus nulle de chez nul. 

Si je devais lui attribuer une note, elle obtiendrait un zéro pointé. Et, croyez-moi, mon échelle d’évaluation ne vole pas très haut.

Mes ampoules aux pieds me font tellement souffrir que je sautille sur place. Et pendant ce temps, la pluie dégouline dans mon cou. Je tiens ma veste en jean au-dessus de ma tête. Comme parapluie, on peut faire mieux.  Lire la suite

Premières impressions #9

Couverture La fille du train

Premières lignes

Elle est enterrée sous un bouleau argenté, en bas, près de l’ancienne voie ferrée, sa tombe indiquée par un cairn. Ce n’est guère plus qu’une pile de cailloux, au fond. Je ne voulais pas attirer l’attention sur sa dernière demeure, mais je ne pouvais pas la laisser disparaître. Ici, elle dormira en paix, personne ne viendra la déranger, rien que le chant des oiseaux et le grondement des trains qui passent.  Lire la suite

Premières impressions #8

Couverture Les Terres de l'Est, tome 1 : Maiesta

Premières lignes

– En effet, la situation semble dramatique, soupira l’homme en passant sa main sur son visage.

Les cheveux presque entièrement gris, les yeux verts éteints par des années de soucis et la peau tannée par le soleil, rien dans sa tenue ni dans son allure n’aurait laissé paraître que cet homme était le roi d’un immense royaume. Le seul indice visible était la chevalière passée à son annulaire droit, représentant les armoiries de sa dynastie. Et peut-être la couronne qui trônait sur le bureau.  Lire la suite

Premières impressions #7

Couverture Hunger games, tome 1

Premières lignes

À mon réveil, l’autre côté du lit est tout froid. Je tâtonne, je cherche la chaleur de Prim, mais je n’attrape que la grosse toile du matelas. Elle a dû faire un mauvais rêve et grimper dans le lit de maman. Normal : c’est le jour de la Moisson. 

Je me redresse sur un coude. Il y a suffisamment de lumière dans la chambre à coucher pour que je les voie. Ma petite sœur Prim, pelotonnée contre ma mère, leurs joues collées l’une à l’autre. Dans son sommeil, maman paraît plus jeune, moins usée. Le visage de Prim est frais comme la rosée, aussi adorable que la primevère qui lui donne son nom. Ma mère aussi était très belle, autrefois. À ce qu’on dit.   Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑