Un sixième tome aussi sombre que le cinquième, qui se concentre sur l’histoire de Martin.

Couverture Amours fragiles, tome 6 : L'Armée indigne

Martin est envoyé en Ukraine, auprès des Slaves qui ont accueilli les Allemands en sauveurs mais qui, aux yeux d’Hitler, ne valent rien et doivent être éliminés.

Un tome instructif et révoltant à la fois. Révoltant parce que ces horreurs se sont réellement produites, instructif quant à la vie des hommes de l’armée, de cette armée que Martin qualifie d’indigne.

Car les membres de l’armée allemande ne sont pas tous d’accord avec les idées d’Hitler. Nombreux sont ceux qui s’en veulent d’être là, comme Martin. Malheureusement, ceux-ci se confrontent à tellement de risques s’ils émettent la moindre plainte qu’ils sont contraints au silence. On aurait tendance à se dire « mais ils auraient dû se rebeller dès le début ! », mais mettons-nous à leur place : qu’aurions-nous fait ?

Pas de traces de Katarina dans ce tome. Martin en est le protagoniste, brillant d’humanité et de réalisme. On sent ses doutes, ses inquiétudes, ses tourments, tout comme son courage et ses questionnements.

À l’heure où j’écris cette chronique, j’ai déjà lu le septième tome. Je ne vous en dis pas plus, et je vous retrouve très bientôt pour la chronique du septième tome : En finir… 

64 pages. Éditions Casterman.

Autres tomes chroniqués :

Tome 1 : Le dernier printemps – Tome 2 : Un été à Paris – Tome 3 : Maria – Tome 4 : Katarina – Tome 5 : Résistance – Tome 7 : En finir…

Publicités