Dernier tome paru de la série Amours fragiles à ce jour…

Couverture Amours fragiles, tome 7 : En finir ...

Après avoir été blessé, Martin est envoyé en Allemagne, loin des combats. Son supérieur lui propose alors de l’aider et de rejoindre un groupe d’opposants à Hitler. 

Ce septième tome est la consécration de la psychologie de Martin. Il fait office de suite logique à son évolution et à ses opinions. Il a enfin la possibilité – bien qu’elle soit dangereuse – d’essayer de faire triompher celles-ci. Ce personnage est à la fois réaliste et attachant et, rien que pour ça, il  me tarde de découvrir la suite (dont je ne connaissais pas l’existence il y a quelques semaines ; et celle-ci n’est pas encore sortie).

Encore une fois, ce tome est instructif et intéressant d’un point de vue historique. Il présente les faits à travers la fiction, tout simplement. Montre les différents points de vue, et, par les dialogues, explique les actions des personnages. Car il est facile de critiquer, mais il est bien plus utile de comprendre et de se mettre à la place des acteurs.

Tout comme pour le sixième tome, aucune information sur Katarina, pour bien appuyer sur la partie historique et sur les dangers encourus par les préparateurs – de tous grades –  de l’opération Walkyrie.

C’est donc une bien belle série, malgré la tristesse et l’horreur de la réalité décrite. J’ai très hâte de pouvoir lire la suite, même s’il me faudra vraisemblablement attendre plusieurs mois !

Et vous, avez-vous envie de lire Amours fragiles ?

56 pages. Éditions Casterman. 

Autres tomes chroniqués :

Tome 1 : Le dernier printemps – Tome 2 : Un été à Paris – Tome 3 : Maria – Tome 4 : Katarina – Tome 5 : Résistance – Tome 6 : L’Armée indigne

Publicités