Je n’avais jusqu’à présent jamais lu Borges, mais un ami travaillant sur cet auteur pour son mémoire, et un recueil trouvé par hasard en bibliothèque m’ont convaincue. Et ce fut le coup de foudre.

Couverture Poèmes d'amour

Des poèmes d’amour principalement dédiés à Maria Kodama, qui signe l’avant-propos du recueil. Des textes en prose aussi. Voici un recueil surprenant pour qui n’a jamais lu Borges et se fierait uniquement au titre.

Ou plutôt, disons qu’il faut envisager l’amour dans toute sa globalité, dans son infini, thème cher à Borges, que l’on retrouve ici. En effet, l’amour romantique est présent, bien sûr, mais pas uniquement – il l’est d’ailleurs beaucoup dans les derniers vers de certains poèmes, tel un concetto de sonnet.

Mais l’amour est surtout servi par d’autres thèmes : l’infini, bien entendu, mais aussi le passé, jusqu’au fin fond des temps bibliques et mythologiques, et ainsi le voyage, dans le temps comme géographique. Je note un attrait pour les pays nordiques (tout comme moi), qui m’a donné envie de voyager du plus profond de mon cœur. 

L’amour dont parle Borges est donc l’amour de tout, et non uniquement la passion romantique, peut-être à mon soulagement. J’ai été agréablement surprise par le traitement du thème principal. J’ai aussi été conquise par la traduction, qui m’a paru assez fidèle à l’espagnol de Borges (l’édition étant bilingue, j’ai pu comparer un peu, bien que je ne parle pas particulièrement bien l’espagnol). La littérature est également au premier plan, avec des citations directes, mais aussi des allusions et réflexions sur l’écriture, la langue.

Mon envie de voyager dans l’univers de Borges ne fait donc que commencer. Après quelques lectures laborieuses, voire abandonnées, il m’a redonné foi en la lecture. Un Instant poésie suivra demain avec quelques poèmes du recueil, on se retrouve là-bas ?

Publicité