Lu pour mon cours de littérature du XVIIIe siècle, Rousseau ne m’a pas marquée plus que cela…

Couverture Les Confessions - Les Rêveries du promeneur solitaire

À travers dix promenades, Rousseau revient sur sa vie et nous offre des réflexions sur celle-ci et sur divers sujets. J’ai retenu celui de la limite entre vérité et mensonge, notamment. Un chapitre assez complexe à lire. 

Le fil conducteur, c’est le bonheur. Où le trouver ? Dans la société ou dans la solitude ? Eh oui, le titre a évidemment un rapport avec toutes ces réflexions. Rousseau ayant été rejeté, il se demande si finalement, la solitude n’est pas la bienvenue. 

Ces thèmes sont intéressants, mais quelques passages sont plus ardus à comprendre, et la façon dont c’est écrit ne me poussait pas à poursuivre ma lecture, je dois l’avouer (cela dit, je ne saurais pas l’expliquer). J’ai tenu bon en tentant simplement d’y trouver moi-même matière à réflexion ! 

La nature est omniprésente, d’où la couverture du livre. Si j’en comprends l’utilité, j’ai tout de même trouvé que Rousseau aurait pu raccourcir quelques paragraphes à ce sujet. Enfin, vous savez ce qu’on dit : les goûts et les couleurs…

232 pages. Éditions Flammarion.

Avez-vous déjà lu Rousseau ?

Lu dans le cadre de Lire en couleurs ; mois rose ; une ou des fleurs sur la couverturecover lire en couleurs

Publicités