J’ai commencé La pâtissière de Long Island il y a un mois, et je n’en suis qu’à la page 172. En temps normal, j’aurais tendance à abandonner, voyant que je n’avance pas. Mais c’est simplement que je n’ai pas lu beaucoup pendant un temps, puis j’ai lu d’autres livres, et j’avance peu dans ce roman. Mais comme je l’aime bien, je continue ! Comme j’ai déjà partagé un extrait de la page 31 avec vous, en voici un de la page 131.

Ce rendez-vous a été proposé par Les Bavardages de Sophie. Il s’agit tout simplement de donner une citation de la page 31 du livre que l’on est en train de lire. Le but est de découvrir ou de redécouvrir la plume de certains auteurs.

Couverture La patissière de Long island

 

Mon bien-aimé ! Je porte désormais ta bague à une chaîne autour de mon cou, car à l’usine elle risquerait de se casser. Je la sens sur ma peau et je pense à toi.

Il y a tant de choses que j’aimerais voir avec toi et dont j’aimerais que nous discutions ensemble. J’apprends l’anglais comme une folle. Avec une bonne connaissance de la langue, je trouverai sûrement un travail mieux payé et je cesserai de toujours me sentir étrangère ici. Dimanche dernier, je suis montée avec mes frères sur le bâtiment le plus haut du monde, L’Empire State Building. La somptueuse architecture et la vue sont indescriptibles ! Le salut ardent que je t’ai envoyé de tout mon cœur depuis là-haut t’est-il parvenu ? J’espère tellement  me tenir un jour de nouveau là-haut, avec toi.