Dans Mémoire de fille, Annie Ernaux se remémore sa première nuit avec un homme, et tout ce que cela a entraîné.

Couverture Mémoire de fille

Ce livre m’a été conseillé dans le cadre de mon cours d’atelier d’écriture, pour mon projet de fin de semestre. Je n’ai pas pu le lire avant de terminer, malheureusement, mais je suis tout de même très heureuse d’avoir pu le découvrir, ainsi que son auteure.

Les premières pages ne m’ont pas paru follement intéressantes. J’ai mis un peu de temps à les lire. Puis, jeudi soir, j’ai lu le reste d’une traite. 

C’est un livre saisissant. J’ai parfois eu les larmes aux yeux en lisant certains passages. L’écriture est incisive, l’analyse de l’auteure poussée. Elle se remémore la jeune fille qu’elle a été, essaie de la comprendre, de l’expliquer. Elle se distancie, passant du Je au Elle

Annie Ernaux s’attaque au passé et ses conséquences, à la sexualité, l’adolescence, la popularité, les relations à partir de « la fille de 58 ». Elle se pose aussi des questions sur l’écriture : pourquoi écrit-elle ? à quoi cela sert-il ? jusqu’où peut-elle aller ? 

Mémoire de fille m’a donné envie de lire d’autres livres de l’auteure. Je me suis attachée à cette jeune fille, comprenant ses actions, les changements radicaux qui s’opèrent en elle, son désarroi, parfois. Son indifférence (feinte ? imaginée ?) face à ce qui lui arrive fait froid dans le dos. Je me suis aussi attachée à la femme qui tente de comprendre son ancien moi. Qui s’interroge, replonge dans le passé pour l’analyser, l’écrire. 

Je me suis parfois reconnue dans certains passages. Un livre troublant, saisissant, comme je l’ai dit. C’est vraiment le mot qui me vient à l’esprit en y pensant. Une lecture que je n’oublierai pas de sitôt, je crois, ne serait-ce que pour certains passages.

160 pages. Éditions Gallimard.

Qu’avez-vous lu d’Annie Ernaux ? Lequel me conseilleriez-vous ?

autourdumondeellesecrivent

Lu dans le cadre du défi Autour du monde, elles écrivent… (autobiographie)
Publicités