Une plongée dans l’univers troublant des Geishas.

Couverture Geisha ou le jeu du shamisen

Je ressors de ma lecture avec un regret : que la deuxième partie ne soit pas encore sortie ! Setsuko est vendue à une maison de geishas. S’ensuit son apprentissage, afin de devenir à son tour, un jour (peut-être), geisha.  

Je me suis immédiatement attachée à Setsuko. Elle est adorable, curieuse, et ses expressions faciales sont parfaitement dessinées. J’ai avancé pas à pas avec elle, de découvertes en découvertes, parfois belles, parfois troublantes, parfois déchirantes. Il s’agit, je trouve, d’une bonne entrée en matière. Setsuko découvre le monde des geishas en même temps que nous. Cependant, j’aurais aimé en savoir plus. Les auteurs ont eu la merveilleuse idée d’inclure en fin de tome une bibliographie dont on peut s’inspirer pour satisfaire notre curiosité. Sinon, on peut toujours attendre la deuxième partie 😉

L’art est au centre du monde des geishas. La danse n’est pas le point fort de Setsuko, mais sa maladresse est justement ce qui la rend si particulière. Il se pourrait bien cependant qu’elle possède un don pour la musique…

Les auteurs démontrent aussi que geisha n’est pas synonyme de prostituée, contrairement à ce que la croyance populaire veut faire croire. Le tout est montré en douceur grâce à Setsuko, qui est aussi la narratrice de sa propre histoire.

Il semblerait également que les dessins en noir et blanc soient un hommage aux films des années 30… De mon côté, je crois qu’il aurait été judicieux de mettre des couleurs pour nous faire encore plus entrer dans l’univers des geishas. Je respecte toutefois le choix des auteurs. Peut-on réellement critiquer lorsqu’il s’agit d’un hommage ? 

Il me tarde maintenant de connaître la suite des aventures de Setsuko. J’imagine toujours autant d’émotions, si justement dépeintes dans ce premier tome, de nouvelles découvertes, des amitiés autant que des tensions. Une très belle bande-dessinée qui m’a donné envie d’en savoir plus sur les geishas. Auriez-vous des œuvres à me conseiller ?

82 pages. Futuropolis.

 

Publicités