L’échange de mails entre un auteur et l’une de ses lectrices. Échange épistolaire qui ne m’a pas convaincue. Je vous explique pourquoi. 

Couverture Nos nuits courrielles

Lorsque Vincent, écrivain, est quitté par Jeanne, il envoie un mail à l’une de ses lectrices. Contre toute attente, Lucie lui répond. S’enchaînent alors les mails, au rythme de leurs confidences et de leurs rencontres.

Je remercie tout d’abord Livraddict et les Éditions Hélène Jacob (le début du roman est disponible) pour Nos nuits courrielles.

Que les choses soient claires : je ne dis pas que ce livre est mauvais, loin de là. Il n’est tout simplement pas fait pour moi. Je n’ai pas réussi à entrer dans l’histoire. Je pense que c’est en grande majorité dû aux personnages principaux, Vincent et Lucie. Difficile pour moi de m’attacher à eux. J’avais beaucoup de mal à comprendre certains de leurs choix, je n’arrivais pas à me mettre à leur place et je décrochais tout le temps. Cela n’engage que moi. 

J’ai fini par lire un peu en diagonale, trouvant le temps long. Les « révélations » ne m’intéressaient pas plus que ça, ça tournait un peu en rond à mon avis. C’est réaliste, parce qu’une relation comme celle de Lucie et Vincent se développerait sûrement de la même manière dans la vraie vie. C’est à se demander s’il ne s’agit pas d’une histoire vraie. Malheureusement, je n’ai pas réussi à m’y intéresser autant que je l’aurais voulu, malgré des thèmes qui me plaisent (l’amour, la vie, la routine, les habitudes, le changement…)

J’aime pourtant beaucoup le genre épistolaire. C’est ce qui m’avait convaincue de postuler au partenariat. Ce côté du roman est très réussi, les mails et lettres sont parsemés de quelques pensées de Vincent, qui explique certaines choses pour que le lecteur comprenne bien. J’ai apprécié cette alternance. L’écriture est jolie aussi, tout comme les quelques poèmes et paroles de chansons partagés par les personnages.

Pour apprécier pleinement le récit, je crois qu’il faut déjà en apprécier les personnages, s’attacher à eux, ressentir leurs émotions, ce qui n’a pas été mon cas. Je vous encourage tout de même à découvrir Nos nuits courrielles, à vous en faire votre propre idée. Peut-être serez-vous en mesure de vous attacher aux personnages, ou serez-vous simplement touché par l’écriture. Je serais ravie de pouvoir échanger avec vous sur ce roman ! 

Êtes-vous curieux de découvrir l’histoire de Vincent et Lucie ?

240 pages. Éditions Hélène Jacob.

Publicités