En l’honneur de la sortie de l’album de BTS, voici mon ressenti lors de l’écoute d’un autre de leurs albums, BE. Des mots écrits au fil de la musique, sans retouche.

Album: BTS - Be

Une promenade sur la plage au coucher du soleil, ou en forêt. Voilà ce que m’évoque le premier titre, Life goes on. La douce lumière du soleil qui filtre à travers les vitres le matin, qui nous met de bonne humeur. Un écrin de douceur porté par les voix des chanteurs, mais aussi celles des rappeurs, dont le rap se fait plus mélodique que dans d’autres morceaux. Je pense notamment à la voix de Hoseok et à celle de Taehyung, qui semblent me dire « ne t’inquiète pas, tout ira bien à partir de maintenant ». Life goes on

Jimin commence avec sa voix d’ange, suivi par Taehyung. Un rythme lent qui me rappelle à nouveau l’éveil. Fly to my room est certainement à écouter lors d’une matinée de weekend, avec encore une fois le soleil. Les deux premières chansons se suivent particulièrement bien. Le mélange des voix des deux chanteurs est parfait, entre celui à la voix la plus grave et celui à la voix la plus aigüe. Puis arrive Yoongi, avec un rap mélodique qui apporte un peu d’énergie, suivi par Hoseok et le sourire qui perce à travers sa voix. On clôt avec la répétition du refrain. On est officiellement de bonne humeur. 

On reste dans la douceur, avec une chanson que je connais bien. Blue & Grey est une chanson écrite notamment par Taehyung, qui s’est inspiré de moments difficiles. Le rap est d’une douceur absolue, ainsi que les voix des chanteurs. Tout semble si pur, bien que triste. I just wanna be happier, je veux seulement être plus heureux/heureuse, des mots que je me suis répété tant de fois, des mots qui n’ont rien de magique, malheureusement. Hoseok a le pouvoir cette fois de m’apaiser. Namjoon met plus de puissance dans ses mots, me faisant penser que comme les membres de BTS, je suis une battante. Quand Taehyung chante oh this ground feels so heavier, I am singing by myself, l’émotion me bouleverse. C’est aussi lui qui achève la chanson, comme pour nous faire un câlin avant de chanter goodnight.

On passe au Skit, qui propose d’écouter les garçons en train de parler. On reconnaît la voix de Jin, qui semble enthousiaste. Seulement, je ne parle pas encore coréen et ne comprend pas bien. Mais en entendant Hoseok rire, on ne peut que sourire. Je souris en pensant que ces sept garçons ont une place particulière dans ma vie, qu’ils ont été là sans le savoir dans des moments difficiles. Je ne passe même pas le reste du morceau, tellement j’aime les écouter parler, même sans comprendre. 

Place à l’énergie de l’après-midi en plein soleil, voici Telepathy ! Mon premier réflexe : claquer des doigts et danser tandis que j’écris ces mots. La voix de Yoongi semble nous inviter à rejoindre les garçons qui font la fête. Je ne sais pas de quoi parle la chanson, mais j’adore son énergie, ses petits moments plus calmes avant l’arrivée de la basse et la montée en puissance. Une chanson pour mettre de bonne humeur, assurément. Le claquement de doigts revient. Qu’ai-je à écrire ? Je n’ai qu’à ressentir. La basse revient aussi, ça y est, mon instrument préféré. Yoongi est parfait pour le refrain, lui qu’on croit taciturne lorsqu’on ne le connaît pas trop. Je note que la version album diffère légèrement de celle qu’on trouve sur Spotify à la fin.

Alors là, avec Dis-ease, ça va être difficile d’écrire. En fait, je sais que c’est surtout vers la fin de la chanson que je suis à fond. Quelque chose dans le rythme m’emporte. C’est Hoseok, me semble-t-il, qui a réalisé la chanson en majorité, et il est vrai que l’ensemble lui ressemble. Beaucoup d’énergie se dégage du rythme, des instruments, de mixage (si cela se dit). Je pense au R&B des années 90. Pas forcément mon style, mais BTS peut me faire accepter presque n’importe quoi. La preuve : j’écoutais bien peu de rap avant de les connaître. On approche de mon moment, de la voix de Jungkook qui monte dans les aigus, walk it, walk it, walk it. Puis le boum se fait plus pressant, on entend des cymbales, tout peut enfin commencer, on guérit, non ?

Jungkook apparaît avec sa voix parfaite, suivi par Jin, avec une douceur qui contraste avec toutes les bêtises qu’ils font ensemble. Puis Namjoon chante la partie que je préfère de Stay. De la musique électro estivale, que je n’apprécie pas toujours, mais mon petit secret, c’est que j’écoute cette chanson principalement pour entendre la voix de Namjoon. Wherever you are, I know you’ll always stay. Je pourrais appliquer ces paroles à certains de mes amis, envers lesquels je suis reconnaissante. La douceur qui termine la chanson me fait d’ailleurs penser à eux, au calme que je ressens lorsque je suis près d’eux, ils sont mes petites notes de piano. 

Recoucou Jungkook, qui vient commencer la chanson la plus connue, la très énergique Dynamite, connue de par le monde, chantée intégralement en anglais. Il me semble que c’est la dernière chanson, celle qui vient clore notre journée avec la dose de bonne humeur que l’on mérite. Watch me bring the fire and set the night alight. BTS est là pour nous faire nous envoler avec eux, danser même si on déteste ça. L’air de rien, avec une petite chanson qui est juste là pour distribuer un peu de joie, les chanteurs montrent à quel point ils peuvent chanter des notes difficiles à atteindre.


Finalement, BE, c’est un peu, avec la mélodie, la reconstruction d’une journée ensoleillée, la bonne humeur malgré les petits tracas. Avec des sons de divers horizons musicaux, comme toujours, le groupe nous embarque avec eux pour un moment joyeux, loin de l’angoisse. Peu importe ce que signifient les chansons, elles apportent toutes quelque chose de positif.