Bonjour, je suis aujourd’hui très heureuse de vous présenter mon journal de lecture de décembre. Avec treize lectures, je reviens au nombre de lectures du mois de juin, ce dont je suis très contente, car ces derniers mois avaient été peu remplis niveau lecture.

1er décembre

Commencée hier soir, je termine cet après-midi Un petit goût de noisette 2 (et de fruits rouges), de Vanyda, dont j’avais déjà énormément apprécié le premier tome et la trilogie L’immeuble d’en face. Ce sont de petites histoires d’amour toutes douces (en général), et surtout, à chacune correspond une couleur qui ressort plus particulièrement, ce que je trouve très joli. Je pense que je relirai les deux tomes l’un à la suite de l’autre, car il me semble qu’il y a des allusions au premier dans le deuxième, mais il y a trop longtemps que j’ai lu le premier pour m’en souvenir. Si vous cherchez un peu de douceur, n’hésitez pas !

Couverture Un petit goût de noisette et de fruits rouges

Ce soir, j’ai lu le tome 5 de Fables, intitulé La marche des soldats de bois. Un tome bourré d’actions et de révélations, vraiment au top. Les chapitres sont bien menés, on alterne rapidement les points de vue, ce qui confère une atmosphère particulière, et lors d’une bataille aussi intense, c’est appréciable ! C’est l’un des meilleurs tomes jusqu’à présent, et la fin ne fait que donner envie de lire la suite ! 

Couverture Fables, tome 05 : La marche des soldats de bois

3 décembre

Hier, j’ai lu Les attaques de la boulangerie d’Haruki Murakami, qui comprend en réalité deux nouvelles qui se suivent. La première, c’est l’attaque d’une boulangerie par deux jeunes hommes tenaillés par la faim. La seconde se déroule des années plus tard, alors que l’un de ces deux jeunes est avec sa femme et qu’ils ont très faim également ; il raconte alors son histoire. J’aime toujours autant le style de Murakami, du moins les traductions qui en sont faites. J’aime ce mystère, ces thèmes profonds parfois abordés de façon plus légère, comme dans ces deux nouvelles, où le sérieux côtoie l’absurde. Je me demande d’ailleurs si la faim n’est pas le symbole d’autre chose. Cependant, je reste sur ma faim (désolée pour le grotesque jeu de mots), j’ai l’impression de ne pas tellement avoir compris le but de l’auteur. À relire plus tard ! Aussi, les illustrations sont très jolies et se fondent parfaitement avec le texte.

Couverture Les attaques de la boulangerie

4 décembre

J’ai fini 1984 de George Orwell il y a environ une heure, et c’est un choc. Après une lecture d’abord difficile, j’ai réussi à être happée, puis à avoir le souffle coupé. Tout cela fera l’objet d’un billet spécial, je ne pourrai pas résumer mon avis en seulement quatre ou cinq lignes. Le billet ici

Presque minuit, je termine tout juste le tome 4 d’Harley Quinn Renaissance, sous-titré Le Gang des Harley. En deux parties, il est complètement déjanté et montre bien toutes les facette d’Harley Quinn, son grain de folie, mais aussi son envie d’aider. De nouveaux personnages font leur apparition, et le chapitre spécial final a un côté touchant.

Couverture Harley Quinn (Renaissance), tome 4

19 décembre

Je termine ma relecture du Dernier jour d’un condamné de Victor Hugo. J’ai mis beaucoup de temps pour le lire, c’est dommage, car il est court et d’autant plus fort quand on le lit d’une traite. Comme je l’ai relu dans le cadre d’un travail, ma lecture a été différente, j’étais à l’affut de certains détails, les émotions étaient donc un peu moins présentes que précédemment. Je vous remets le lien vers ma chronique d’il y a près de quatre ans juste ici.

Couverture Le dernier jour d'un condamné

21 décembre

Je termine tout juste Sur la route de West, une bande-dessinée de Tillie Walden, qui raconte le petit road-trip de Béa et Lou, deux voisines qui se retrouvent après plusieurs années. Une BD douce-amère que j’ai bien aimée et à laquelle je souhaite consacrer un petit billet !

Couverture Sur la route de West

24 décembre

Je termine Quatrevingt-treize de Victor Hugo, un peu sonnée. Cela fait des mois que je le lis, alors qu’il n’est objectivement pas si long (mais je lis plusieurs livres à la fois, et parfois j’ai du mal à lire). Le début est donc un peu flou dans ma mémoire. Malgré cela, je ferai un billet séparé. Rien que la fin vaut le détour. Je sais pas comment je vais me remettre de cette fin, ça me fait comme pour Notre-Dame de Paris (que je suis en train de relire pour mon mémoire, d’ailleurs).

Couverture Quatrevingt-treize

25 décembre

J’ai profité de ma nuit d’insomnie pour terminer Satori Express, recueil de poésie de Zéno Bianu. Un joli recueil, truffé de références culturelles. Une façon pour le poète de rendre hommage à tant d’artistes et d’œuvres qu’il admire. Une façon aussi pour lui d’expérimenter le souffle propre à chaque poème. Je partagerai un poème sur le blog 🙂 

Couverture Satori Express

Début d’après-midi en lecture avec Sommeil, autre nouvelle d’Haruki Murakami lue d’une traite, prenante et intéressante. Autre billet à venir donc, ce qui m’enchante, car j’ai eu le sentiment de délaisser le blog et les chroniques ces derniers mois.

Couverture Sommeil

28 décembre

Alice au royaume de cœur est un manga que je suis très heureuse de découvrir. Peut-être vous en doutez-vous, il s’agit d’une réécriture du conte Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll. Ici, Alice fait un rêve dans lequel les personnages du conte reviennent mais ont des rôles différents, au sein de divers territoires qui sont en guerre. On retrouve cependant le côté très loufoque du conte d’origine, il n’y a aucune lourdeur. Alice en profite pour découvrir qui elle est, ce que son inconscient veut véritablement. J’ai dévoré ce premier tome, et je regrette de ne pas avoir la suite sous la main dès maintenant !

Couverture Alice au royaume de coeur, tome 1

31 décembre

En ce début d’après-midi, je me précipite sur Les quatre saisons de l’été de Grégoire Delacourt, que je relis chaque année en décembre. En ce dernier jour du mois, il fallait donc que je me dépêche ! C’est la sixième fois que je lis ce livre, roman qui me touche beaucoup habituellement, mais le temps commence à faire des siennes. Ou bien mes goûts évoluent. La magie a moins opéré cette fois. Il faut dire qu’à la sixième lecture d’un court roman, j’oublie beaucoup moins ce qu’il s’y passe. Cette année, je ne sais pas pourquoi, certaines choses m’ont paru clichées. Je ressors un peu plus mitigée que d’habitude, même si j’apprécie tout de même ce roman, plutôt bien construit, qui s’intéresse à tous les âges de la vie. Cela dit, en ce moment, ce n’était pas le genre de lecture dont j’avais envie ; je lui dis donc à l’année prochaine, en espérant que la magie opère de nouveau !

Couverture Les quatre saisons de l'été

Fin d’après-midi, je décide de lire l’album Four in love de Krystal Kung, qui traite de l’amour à travers quatre courts chapitres. La particularité de l’album : aucun mot, seulement des images. De très jolis dessins, qui font penser à des dessins de films d’animation (c’est le domaine de travail de l’autrice). Quatre histoires différentes, ayant le mérite d’aborder des thèmes parfois un peu tabous, mais cela reste relativement superficiel. Un peu trop court, peut-être, mais l’album offre une parenthèse nécessaire.

Couverture Four in love