Camille et Perdican s’aiment. En plus, le père de Perdican souhaite les marier. Merveilleux, non ? En théorie, oui. Sauf que, plutôt que d’avouer leurs sentiments, ces deux idiots (c’est affectueux) préfèrent ne rien dire, ne rien laisser paraître et se courir après.

Couverture On ne badine pas avec l'amour

J’ai failli ne pas faire de billet pour cette pièce. En sortant de ma lecture, j’ai pensé « oui bon, c’était pas désagréable mais… » et je me suis aperçue que tout ce que je n’avais pas forcément apprécié avait peut-être été pensé pour provoquer cette réaction. En repensant au titre de la pièce, je me suis sentie stupide et me suis (presque) écriée « mais bien sûr, suis-je bête ! »

Comme quoi parfois faut attendre avant de réagir. 

On sent chez Musset beaucoup d’ironie, de sarcasme. Ne l’ayant jamais lu avant, je ne sais si c’est courant dans ses œuvres. Il m’a d’ailleurs été difficile de m’attacher aux personnages, car ils me paraissaient parfois bien ridicules. Difficile de tout vous expliquer sans spoiler, cependant. 

Le titre consiste en la morale, finalement ; il annonce le dénouement, en quelque sorte. On pourrait presque ajouter sinon… à la fin. Comme pour dire : badinez avec l’amour, voici ce qu’il vous arrivera. Parce que la pièce a beau avoir de nombreux passages plutôt comiques, Musset se tourne davantage vers le drame au fur et à mesure (dit celle qui ne voulait rien spoiler, bravo [mais en même temps c’est écrit sur les quatrièmes de couverture]).

Une pièce qui plaira peut-être davantage à ceux qui aiment se moquer des conventions, les personnages dont la fonction et/ou l’apparence ne correspond pas au caractère. J’ai pour ma part mieux apprécié ma lecture en réfléchissant un peu dessus par la suite que directement pendant que je lisais.

J’aurais aimé lui rendre justice en faisant quelques recherches peut-être ; j’ai un peu le sentiment d’écrire un billet sans grand sens – sentiment que j’ai bien souvent lorsque j’écris sur des classiques. Mais le but de ce blog (en tout cas des billets sur mes lectures) étant de simplement partager mon avis à chaud (enfin, dix jours après, mais l’organisation et moi, ça fait deux en ce moment), je m’en tiendrai à ce que j’ai dit ici.