Le retour chez moi a  été synonyme de retour à la bibliothèque et emprunt de mangas… Vous pourrez voir cela dans mon bilan du mois, mais en attendant, j’avais envie de vous parler du tome 7 du Maître des livres, et surtout, du hasard qui fait bien les choses. (Je ne divulgâche rien, ne vous en faites pas 😉 )

Couverture Le maître des livres, tome 07

Peut-être ne connaissez-vous pas ce fabuleux manga qu’est Le maître des livres ? Il s’agit tout simplement d’un manga suivant divers personnages, cela en lien avec la bibliothèque « La rose trémière », spécialisée en littérature de jeunesse. À travers les différentes histoires, on peut (re)découvrir de nombreux contes d’origines variées. Le premier tome avait été un véritable coup de coeur, qui m’avait confortée dans mon choix de devenir bibliothécaire (j’étais en L1, aujourd’hui en L3, et je ne sais pas exactement ce que je veux faire, mais ça (re)viendra !).

Pourquoi parlais-je de hasard plus haut et dans le titre ? Eh bien, il se trouve que ce semestre, j’ai un cours intitulé « Littérature de jeunesse », qui s’articulera particulièrement autour du conte, notamment celui de Cendrillon.

Vous constatez donc que ce manga, qui aborde plus particulièrement ce type de littérature, est tout à fait à propos pour ce cours. Mais le hasard est encore plus malin que ça ! Eh oui, ce tome 7 aborde notamment la notion du conte, et illustre l’un de ses propos en mentionnant Cendrillon (un personnage se demande pourquoi les aînés d’une fratrie sont si souvent mal vus dans les contes…).

Et comme ce fameux hasard est décidément très bien fait, le tome 7 du Maître des livres aborde des sujets que j’ai retrouvés dans un document lu pour le cours (à savoir l’introduction de Introduction à la littérature de jeunesse, de Marie-Claire Bruley et Isabelle Nieres-Chevrel), comme la frontière étroite entre littérature de jeunesse et littérature pour adulte ou le rôle de médiateur que joue l’adulte pour pouvoir éditer ou conseiller un livre à un enfant, ou encore les souvenirs que les livres peuvent nous apporter une fois adultes. Le manga note aussi l’importance des manuels scolaires, qui permettent de découvrir de nombreux textes. 

Bref, cette lecture a été plutôt réjouissante pour moi. J’apprécie ces moments où mes lectures font écho à mes cours, ou à ma vie, et particulièrement lorsqu’il ne s’agit pas de classiques, qui pour le coup, ont forcément un impact sur mes études. 

Avez-vous aussi fait une expérience du genre ?