Continuons cette semaine spéciale dédiée aux femmes avec cinq citations qui me plaisent beaucoup (il est possible que j’aie déjà partagé certaines d’entre elles). J’en profite pour vous annoncer que si tout se passe bien, vous aurez un article par jour jusqu’au lundi 16 mars, date à laquelle je devrais publier l’article sur Hunger Games, si j’en ai le temps !

La bibliothèque des cœurs cabossés, Katarina Bivald

Cette nuit-là, Sara resta dans la bibliothèque d’Amy en méditant le fait tragique que les écrits sont immortels alors que l’homme ne l’est pas, et elle pleura la mémoire de cette femme qu’elle n’avait jamais rencontrée.

Sauf quand on les aime, Frédérique Martin

Un mec sur un scooter capable de poursuivre une petite fille dans la cour de son école pour lui loger une balle dans la tête. Les journaux ont clamé que la ville était traumatisée, ils n’avaient plus de superlatifs assez puissants. Mais Kader le constate, le fil ordinaire des jours se dévide exactement de la même manière. Et si chacun a bien retenu le nom de l’assassin, qui se rappelle celui de la fillette ? Pour lui, c’est ça la morale de l’Histoire, et rien d’autre.

15 ans, clandestine, Loriane K.

Le problème c’est que chacun vit dans son quartier. En communauté. Personne ne cherche à aller vers l’autre. Le groupe, c’est une sorte de protection pour ne pas se frotter à l’inconnu. C’est l’ignorance de l’autre qui rend la haine possible.

Mémoire de fille, Annie Ernaux

En ce moment même, dans les rues, les open spaces, le métro, les amphis, des millions de romans s’écrivent dans les têtes, chapitre après chapitre, effacés, repris et qui meurent tous, d’être réalisés ou de ne pas l’être.

L’usage de la photo, Annie Ernaux et Marc Marie (extrait issu d’un texte écrit par Annie Ernaux)

Le 7 octobre, il a confirmé : « Je n’ai jamais eu de femme aussi féministe que toi. De loin. » Je ne lui ai pas demandé de commenter. D’un seul coup, c’était comme si on ne se connaissait pas. Au fond, je ne sais pas ce que c’est de ne pas être féministe, ni comment se comportent avec les hommes les femmes qu’ils ne songent pas à qualifier de féministes.

Pour lire mes chroniques sur les livres cités : La bibliothèque des cœurs cabossésSauf quand on les aime – 15 ans, clandestine – Mémoire de filleL’usage de la photo