Petit retour sur ma dernière lecture de janvier et deux lectures de février : respectivement, Supplément au Voyage de Bougainville de Diderot, « Femme, réveille-toi ! » d’Olympe de Gouges et le Discours sur l’origine et le fondement de l’inégalité parmi les hommes de Jean-Jacques Rousseau.

Couverture Supplément au voyage de BougainvilleCouverture "Femme, réveille-toi !" : Déclaration des droits de la femme et de la citoyenneCouverture Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes

Il faut bien l’avouer : je n’avais jamais lu Diderot, et il est probable que je ne l’aurais pas lu pendant encore un certain temps si je n’y avais pas été obligée. Appelez cela de la peur, de la bêtise, comme vous voulez. Bref, j’appréhendais un petit peu. Le livre étant court, je me suis pourtant dit « allez, il faut se lancer ! ». Et grand bien m’en a pris !

Deux dialogues s’entremêlent : un concernant le Voyage de Bougainville ; l’autre entre un tahitien d’une société utopique et un occidental découvrant sa terre. À travers ceux-ci, Diderot explore, entre autres, le thème de la morale, ainsi que celui des expéditions ayant mené à la colonisation. Je ne m’attarderai pas sur ce sujet, car je ne m’en sens pas à la hauteur du tout…

Cependant, je voulais vous en parler pour vous dire une chose toute simple : n’hésitez pas à tenter des livres/auteurs qui vous effraient ! J’ai trouvé ce livre très facile d’accès, clair, dont les propos sont simples à comprendre. Et je pense que la prochaine fois, j’aurai moins peur de lire Diderot ! Si je ne suis pas forcément d’accord avec tout ce qu’il y a dans ce texte, j’en ai tout de même trouvé la lecture agréable, et c’est un premier pas !


Juste après, j’ai décidé de lire Olympe de Gouges, puisque j’ai un cours de littérature du XVIIIe siècle, et que j’ai pensé que ça pouvait m’être utile ; c’était l’occasion ou jamais !

Encore une fois, le style est accessible. Ne vous fiez cependant pas trop au titre : oui, il y a bien une partie sur la femme, mais il y en a aussi une sur l’esclavage et une autre plus politique. 

Ce qui m’a le plus plu dans ce livre, c’est qu’il m’a permis de connaître un petit peu Olympe de Gouges : je ne savais pas du tout qu’elle avait écrit du théâtre et s’était prononcée contre l’esclavage. J’ai été un peu choquée par l’une de ses idées, toutefois : elle proposait que l’on ouvre un hôpital dédié aux femmes… riches. Histoire qu’elles ne soient pas mêlées aux pauvres, vous comprenez. Ou alors, c’est moi qui n’ai pas compris (j’aimerais bien). Dans les textes qui ont été réunis ici, elle se vante aussi un petit peu, il faut le dire.


Je n’étais pas du tout emballée par la lecture de Rousseau… Et pourtant, je l’ai trouvée assez intéressante ! Je ne suis pas forcément d’accord avec toutes ses théories (les femmes constituant, si j’ai bien compris, le sexe qui doit obéir, non mais quelle horreur), mais les questions qu’il pose me font réfléchir. Pourquoi avoir eu besoin du langage, par exemple ; comment s’est-il développé ? Et surtout, d’où vient réellement l’inégalité entre tous ?

Si cette lecture ne me tentait pas, c’est surtout parce que j’avais peur de ne rien comprendre. Finalement, je crois avoir saisi la majorité du propos (cela se vérifiera pendant les cours…), notamment grâce à mon cours de philosophie de l’année dernière, dans lequel nous avons évoqué l’État de Nature, ce qui est largement repris dans ce Discours. Rousseau me paraît un peu particulier, mais il me fait de moins en moins « peur », et il se pourrait bien que je tente une autre de ses œuvres plus tard.


Je ne suis toujours pas une fan absolue du XVIIIe siècle, mais je dois dire que je redoute moins mes prochaines lectures liées à celui-ci.