Au menu : une nouvelle russe, un livre historique, une BD et un manga (abandonné).

cover lire en couleurs

Trois morts – Léon Tolstoï

Couverture La mort d'Ivan Ilitch suivi de Maître et serviteur et de Trois morts

Une courte nouvelle qui me laisse sur ma faim. Comme il est dit dans les notes à la fin du livre, le tout semble quelque peu simpliste. Peut-être même moraliste. Elle traite de la mort, belle ou moins belle. Je lui ai préféré La Mort d’Ivan Illitch.

20 pages. Dans La Mort d’Ivan Illitch. Le livre de poche.

Lu dans le cadre de Lire en couleurs ; mois noir ; auteur russe.


Noirs dans les camps nazis – Serge Bilé

Couverture Noirs dans les camps nazis

Serge Bilé retrace l’histoire des camps, qui a débuté en Afrique bien avant l’arrivée des nazis. Il s’appuie ensuite principalement sur des portraits de personnalités plus ou moins connues pour dépeindre l’expérience des camps, du point de vue des Noirs. Certaines histoires sont particulièrement rocambolesques et originales. C’est un ouvrage simple à lire, court et pourtant ô combien important ! Je pense qu’il convient parfaitement à ceux qui souhaitent s’initier au sujet !

157 pages. Éditions du Rocher.

Lu dans le cadre de Lire en couleurs ; mois noir ; Noir dans le titre.


Mémoires d’un frêne – Kun-Woong Park

Couverture Mémoires d'un frêne

Adaptée d’une nouvelle coréenne, cette bande-dessinée retrace un événement dont je n’avais jamais entendu parler : le massacre de la Ligue Bodo. En plus d’acquérir quelques connaissances, j’ai été émue par les dessins et le point de vue utilisé : celui d’un frêne. Mémoires d’un frêne a aussi un côté poétique, grâce aux nombreuses métaphores incorporées dans le récit et aux dessins (en noir et blanc), parfois difficilement soutenables, il est vrai, mais qui sont aussi parfois majestueux. Les planches représentant le ciel étoilé m’ont particulièrement plu.

304 pages. Rue de l’échiquier BD.

Lu dans le cadre de Lire en couleurs ; mois noir ; couverture majoritairement noire.


Thermae Romae I – Mari Yamazaki

Couverture Thermae Romae, tome 1Il s’agit de ma lecture abandonnée. Je ne pensais pas que cela arriverait, puisque les mangas sont rapides à lire. Mais je m’ennuyais. Lucius, architecte, construit des bains. Pour trouver de nouvelles idées, il est en quelque sorte aspiré dans le Japon actuel, ce qui lui permet d’innover ensuite. Seulement, les chapitres se ressemblent trop, ils sont un peu répétitifs, la nouveauté ne réside que dans les nouvelles techniques que Lucius découvre, ainsi que dans les projets qui lui sont confiés. J’ai donc choisi, à un chapitre de la fin, d’arrêter ma lecture. Cela étant, le travail de recherche de Mari Yamazaki est assez impressionnant !

190 pages. Casterman (Sakka).