Il cache une cicatrice sous une écharpe. Le jour, il est comptable ; le soir, il rejoint ses amis au café. Un accident, puis vient le temps de se raconter…

Couverture Une bouche sans personne

Reçu il y a longtemps, il fallait bien que je lise ce livre un jour ou l’autre, surtout après avoir lu et beaucoup aimé Un funambule sur le sable. Dans le cadre de Lire en couleurs, je l’ai donc lu, en lecture commune avec Ada, qui a bien patienté 😉

Gilles Marchand conte ses romans, apporte une touche de fantaisie, souvent loufoque, à ses histoires. On aime ou n’aime pas. Je dois dire que, pendant un long moment, Une bouche sans personne ne me passionnait pas plus que cela. La fantaisie ne m’était pas désagréable, mais me semblait quelque peu lassante. Alors j’avançais doucement, très doucement, me demandant si j’allais finalement retirer quelque chose de ma lecture.

Cela dit, j’aimais bien le narrateur, touchant de par ses réactions, sa difficulté à avoir de vraies relations sociales ou à se rendre compte qu’il a des amis, et surtout, de par la relation qu’il avait avec son grand-père, personnage haut en couleurs, qu’il raconte. Les liens familiaux constituent un thème joliment exploré à travers plusieurs personnages. D’ailleurs, les histoires des amis du narrateur servent aussi à se poser des questions : qu’est-ce que se raconter ? pourquoi le faire ?

Comme Ada l’a signalé dans sa chronique, Une bouche sans personne permet de s’interroger sur la vie en société, plus particulièrement sur l’individualisme, voire l’égoïsme, mais je vous laisse aller la lire, pour compléter la mienne 🙂

Et puis, la fin vaut le détour. Elle est bouleversante. J’en ai pleuré. J’ai même dû arrêter ma lecture à dix pages de la fin pour reprendre mon souffle. Évidemment, je ne vous dévoile rien de cette fin, de cette révélation.

Avez-vous lu Une bouche sans personne ? En avez-vous envie ?

257 pages. Éditions Points.

Lu dans le cadre de Lire en couleurs ; mois bleu ; la couverture est majoritairement bleuecover lire en couleurs

 

Publicités