Samedi dernier, j’ai décidé d’aller faire un tour à la médiathèque Léopold Sédar Senghor (la plus proche de chez moi). Dimanche, je suis allée à la bibliothèque Niemeyer, que vous commencez à connaître. Voici mes emprunts.

Résultat de recherche d'images pour "mediatheque leopold sedar senghor le havre"

Léopold Sédar Senghor

Normalement, je ne devais m’y rendre que pour emprunter deux livres pour le défi Lire en couleurs, mais j’ai eu un peu de mal à tenir cette résolution…

Calendar Girl, tome 6 (Juin) d’Audrey Carlan

Choisi pour répondre à la consigne « Romance/New Romance/Livre érotique » de Lire en couleurs.

Couverture Calendar girl, tome 06 : Juin

Un livre de Michaël Cohen

Celui-là, c’est pour répondre à la consigne « Un livre dont vous ne connaissez que le titre ». Je vous laisse aller chercher le résumé s’il vous intéresse !

Couverture Un Livre

Pline tome 1 : L’appel de Néron de Mari Yamazaki et Tori Miki

L’histoire de Pline, rapidement vue lors de mes cours de civilisation italienne, m’intéressait, et je souhaitais découvrir de nouveaux mangas.

Couverture Pline, tome 1 : L'appel de Néron

Save me Pythie tome 1 de Elsa Brants

Ce manga m’avait été recommandé, mais je ne sais plus par qui !

Couverture Save me Pythie, tome 1

Dans la Grèce antique, Pythie est frappée d’une malédiction: elle ne pourra prédire que des catastrophes et personne ne la croira. A part peut-être Xanthe, fils caché de Zeus qui va de catastrophe en catastrophe (de Charybde en Scylla à l’époque) sous les coups rancuniers de Héra.

 

 

 

La Légèreté de Catherine Meurisse

J’en ai entendu parler plusieurs fois, et cette fois, je vais tenter ! J’ai vu quelques avis ultra négatifs sur cette BD, portant pourtant sur un sujet très touchant : l’après 7 janvier, jour de l’attentat de Charlie Hebdo.

Couverture La légèreté

Prends soin de toi de Grégory Mardon

La couverture et les dessins m’ont attirée, mais j’avoue ne pas vraiment connaître les sujets abordés… je me laisse la surprise de découvrir cette autre bande-dessinée.

Couverture Prends soin de toi


Bibliothèque Niemeyer

Alors que je pensais ne prendre que deux ou trois mangas, étant donné que j’avais emprunté plusieurs livres la veille, ce sont tout de même six autres livres qui ont rejoint la liste de mes emprunts dimanche.

J’ai tout d’abord craqué pour trois bandes-dessinées :

Cinq mille kilomètres par seconde de Manuele Fior

Là encore, ce sont les dessins qui m’ont donné envie de l’emprunter, aussi ne mettrai-je pas de résumé 😉

Couverture Cinq mille kilomètres par seconde

Chute libre : Carnets du gouffre de Mademoiselle Caroline

Je n’ai pas encore lu La différence invisible à l’heure où j’écris ces lignes (quoique je vais le commencer d’ici quelques minutes), mais j’ai l’impression que les sujets abordés par Mademoiselle Caroline sont susceptibles de me toucher. Chute libre est autobiographique et raconte les dépressions vécues par son auteure.

Couverture Chute libre : Carnets du gouffre

Je vais rester de Lewis Trondheim et Hubert Chevillard

Celle-ci me fait envie depuis assez longtemps, j’étais donc très heureuse de la trouver !

Couverture Je vais rester

Un été, Fabienne et Roland se rendent à Palavas pour une semaine de vacances, entièrement organisées par Roland. Mais il meurt dans un accident avant même leur arrivée dans l’appartement. Désemparée, en proie au déni, Fabienne décide de rester sur les lieux et de réaliser le programme que Roland avait détaillé dans un carnet.

 

Ensuite, j’ai emprunté les tomes 3 et 4 du Maître des livres, histoire de les avoir sous le coude tous les deux pour pouvoir les enchaîner 😉

Couverture Le maître des livres, tome 03Couverture Le maître des livres, tome 04

La place d’Annie Ernaux

Je poursuis ma découverte de cette auteure. Ce n’était pas prévu, mais comme Lire le Monde en a emprunté six d’un coup, je n’ai pas pu résister, et j’en ai pris un également. Il me semble que La place est plutôt connu, j’ai hâte de le lire !

Couverture La PlaceAnnie Ernaux fait le portrait de son père et partant celui du monde rural de ses origines avec lesquels, au fur et à mesure où elle accède à un univers plus petit bourgeois (le récit commence par le souvenir de son épreuve du Capes), elle prend insensiblement ses distances. Un récit distancié, sans affect ni jugement, qui témoigne admirablement de ses rapports ambivalents avec son père, à la fois fier de la réussite de sa fille et méfiant à l’égard de ce monde qu’il ne comprend pas. Pourtant, en dépit de ce parti pris stylistique, l’émotion se trouve à chaque page, l’intime est dit avec une très grande pudeur.

Avez-vous lu ces livres ?

 

Photo de la médiathèque Léopold Sédar Senghor trouvée sur le site de la ville du Havre.

Publicités