Pause fraîche et légère…

Traité de savoir-rire à l'usage des embryons par Akrich

Merci à Filipa et aux éditions Julliard pour l’envoi de ce titre !

L’histoire est tout simplement celle d’une future maman qui écrit à son bébé pour lui raconter sa vie avant et pendant la grossesse.

Grâce à ses courts chapitres et à la plume fluide et humoristique d’Anne Akrich, Traité de savoir-rire à l’usage des embryons m’a permis de profiter d’une lecture légère, nécessaire à mon cerveau en ébullition, tout en m’apportant quelques réflexions…

Bon, il est vrai qu’au début, le charme n’opérait pas plus que cela. Je lisais donc par touches (il faut dire que j’étais en panne de lecture). Je m’attendais à plus de réflexions sur la grossesse elle-même pour, au final, plutôt avoir l’impression de m’immiscer dans la vie de quelqu’un en m’éloignant du sujet.

Puis, à un moment, je me suis aperçue de toutes les réflexions d’Anne Akrich au sujet de la société : différences d’âge, de milieu social, de culture au sein d’un couple, couplées à l’avis de l’entourage et de la société en général, tout y passe. Un roman qui pourrait donc presque se transformer en essai. D’autant plus agréable à lire que l’auteure fait preuve d’humour et d’auto-dérision.

Lecture plutôt rapide, légère, mais intéressante, Traité de savoir-rire à l’usage des embryons est loin de ne s’adresser qu’aux futures mères. Je ne suis pas forcément d’accord en tous points avec Anne Akrich, mais cela ne m’a pas empêchée de passer un agréable moment.

226 pages. Éditions Julliard.

Publicités