Un nouvel abandon… Malheureusement, cette fois, il s’agissait aussi d’une lecture commune, avec Adely. De quel livre je parle ? Les adieux à la reine de Chantal Thomas.

Couverture Les adieux à la reine

Vienne, 1810. Agathe-Sidonie, ancienne lectrice de Marie-Antoinette, se souvient des 14, 15 et 16 juillet 1789, entraînant avec elle le lecteur. Pour une fois, elle est en quelque sorte l’auteure d’un livre qu’une autre personne lira (je précise qu’Agathe-Sidonie est un personnage purement fictif).

Pourquoi avoir abandonné cette lecture ? Déjà, je m’ennuyais. Je trouvais le livre long, lent, alors qu’il ne fait que 248 pages. Il faut dire que les événements sont décrits presque heure par heure. Surtout, je crois que je m’étais fait trop d’attentes par rapport à ce roman…

Avec un titre pareil, je m’attendais à mieux apprendre à connaître Marie-Antoinette, ainsi qu’à être témoin d’une certaine proximité entre cette dernière et Agathe-Sidonie. Or, celles-ci se connaissent finalement assez peu ; mes attentes en ont donc été négativement atteintes.

Le style me plaisait pourtant bien au début, mais ce n’était pas suffisant pour me retenir. Je n’ai pas été aussi intéressée que je l’aurais voulu, et n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, ni à réellement être curieuse à leur sujet.

Bref, ça ne l’a pas fait, et je ne pense pas retenter la lecture de ce roman. Pour me documenter, j’irai plutôt vers des livres d’Histoire et d’autres romans (je prends les suggestions 😉 ).

Pour lire la chronique d’Adely, c’est ici 🙂

248 pages. Éditions Points.

Publicités