Reçu via la masse critique Babelio mauvais genres, ce roman ne m’a pas fait grande impression.

La source du Mal par Huguen

Agathe Miracki s’apprête à rejoindre Jérôme Ségui, son amoureux, lorsqu’elle réalise que quelqu’un est entré dans sa maison. Elle ne rejoindra jamais Jérôme. S’ensuit une enquête du commissaire Nazer Baron pour découvrir qui a tué Agathe et surtout, pourquoi.

Le premier point négatif pour moi est le rythme. Alors qu’il est clairement indiqué sur la quatrième de couverture qu’Agathe a été tuée, il faut attendre une centaine de page (sur 269) pour en avoir la confirmation. Ainsi, même si les enquêteurs se renseignent sur sa vie, comme rien n’est sûr, ça patine. C’est en tout cas ce que j’ai ressenti.

Ensuite, je dois dire que je n’ai flashé sur aucun personnage, aucun ne m’a vraiment marqué ; disons que j’ai trouvé l’ensemble assez fade. L’auteur essaie pourtant de nous embarquer dans son ambiance automnale, mais, moi qui y suis habituellement sensible, là… elle m’a résisté.

Pour autant, le roman se laisse lire, on a envie de connaître le fin mot de l’histoire, qui ne présente finalement pas de grande surprise, qui reste dans la lignée du roman policier, tout simplement. 

Les questions soulevées par cette fin sont cependant intéressantes : où le mal prend-il racine ? À quel moment naît-il ? Peut-il être évité ? 

Je pense que je ne suis tout simplement pas le public visé par ce genre de roman, mais j’avais envie de tester, car une belle surprise est toujours possible !

Je remercie grandement les éditions Palémon pour l’envoi du roman, ainsi que Babelio.

269 pages. Palémon éditions.

Publicités