Mark fantasme la fille idéale. Max fuit toutes relations sentimentales. Emmanuel peine à oublier son grand amour. Quant à Loïc, il découvre à peine les sensations que provoquent les premiers émois.
De son côté, Lise veut seulement être aimée, être heureuse.

Qu’ils recherchent la personne idéale ou pensent ne pas être faits pour les histoires d’amour, qu’ils n’arrivent pas à se remettre d’une récente rupture ou se déclarer à la personne aimée, les personnages de ce recueil vont se croiser, s’aimer, se manquer.

Couverture Amours biodégradables

J’ai décidé, pour une fois, de vous mettre le résumé donné par le livre, car il m’était difficile de le faire moi-même. Avant toute autre chose, je tiens à remercier Gilles Peyroux, qui m’a gentiment proposé Amours biodégradables via le site Simplement Pro.

Si le format et la plume m’ont plu, je dois en revanche dire que je n’ai pas été sensible à l’histoire (ou plutôt aux histoires). Plus précisément, je n’ai pas tout compris et ce, pour plusieurs raisons.

D’abord, j’ai beaucoup aimé le format nouvelle de chaque chapitre. Les personnages reviennent, mais chaque « chapitre » est en fait séparé du reste, tout en y étant lié. C’est un format intéressant, mais qui, malheureusement, m’a aussi un peu perdue. Ou peut-être est-ce fait exprès.

Car, souvent, je ne savais pas vraiment de qui on me parlait. Était-ce une ruse de l’auteur pour dire que tous ses personnages pouvaient se mélanger, se fondre les uns dans les autres ? Est-ce parce que j’ai manqué de réflexion, de jugeote et/ou de concentration ? Un mélange de tout ça ? Bref, ça m’a emmêlé les pinceaux, m’empêchant en même temps de m’attacher aux protagonistes

Ensuite, je ne comprenais pas forcément les fins des chapitres/nouvelles. J’avais l’impression qu’il me manquait quelque chose, des informations égarées je ne sais où. Un peu comme les personnages semblent tous avoir besoin de combler un manque, un vide. On pourrait, dans ce cas, considérer que le lecteur est un personnage à part entière du livre. Mais je m’égare peut-être un peu trop loin.

Le thème principal d’Amours biodégradables est l’amour. Perdu, voulu, silencieux, attendu, réciproque ou pas. Gilles Peyroux montre ce qui fait la beauté de l’amour : les nombreuses visions que l’on peut en avoir.

J’ai trouvé que l‘écriture elle-même était parfaitement adaptée aux personnages, à leurs émotions, à leurs pensées. Les mots, expressions et niveau de langage choisis pour chaque paragraphe semblent avoir été particulièrement pensés. Ainsi, Amours biodégradables n’en est que plus rapide à lire, offrant une pause agréable même si ma lecture ne m’a pas marquée. Je pense cependant le relire dans quelque temps, histoire de m’en imprégner un peu plus, de voir si j’en retire autre chose. Peut-être que ce n’était tout simplement pas le bon moment pour moi.

Vous pouvez vous procurer Amours biodégradables sur Bookelis !

Avez-vous lu Amours biodégradables ? En avez-vous envie  ?

Publicités