Nouvelle semaine, nouvelles lectures, et aujourd’hui, je vous propose un extrait de mon service presse en cours, L’orage au ventre, de Chrystèle Corbery.

Ce rendez-vous a été proposé par Les Bavardages de Sophie. Il s’agit tout simplement de donner une citation de la page 31 du livre que l’on est en train de lire. Le but est de découvrir ou de redécouvrir la plume de certains auteurs.

Elle se prenait parfois à espérer qu’il ait un accident, une jambe cassée, par exemple. Il n’y avait pas d’ascenseur dans l’immeuble, il aurait été obligé de rester chez lui.

Il lui était déjà arrivé de lui souhaiter un problème de santé sérieux qui l’oblige à aller vivre dans une maison de repos. Même trois ou quatre mois seraient bons à prendre. Oh oui, le bonheur de ne plus avoir à supporter ce vieux con ! Diane s’autorisait ces pensées cruelles de manière débridée parce qu’elles lui permettaient de défouler sa haine.

Publicités