Troisième roman de Jane Austen que je lis et je ressors de ma lecture malheureusement déçue… 😦

Couverture Mansfield park

C’est avec Marion du blog LireVivre que je me suis plongée dans l’histoire de Fanny Price, recueillie par Sir Thomas, son riche oncle. Au fil de la lecture, de nombreux personnages font leur apparition et les histoires familiales, amicales et amoureuses s’entremêlent. 

Pourquoi ça ne l’a pas fait ?

D’abord, l’histoire ne m’a pas emballée. Quand on lit un roman, on a tout de même besoin d’en apprécier l’histoire. Or, je trouvais qu’il y avait des longueurs, des passages qui n’apportaient rien à l’histoire. Je dois dire que j’ai passé de nombreux paragraphes, et même quelques pages entières. Je reste aussi très dubitative par rapport à la fin…

Ensuite, je n’ai réussi à m’attacher à aucun personnage. La fausseté, l’intérêt, l’hypocrisie priment généralement, tout comme les nombreux préjugés entre les riches et les plus modestes. Fanny, qui pourtant me plaisait bien au début du roman, ne fait pas exception, malheureusement. Son esprit, plutôt fragile, aurait mérité plus de force de caractère. Edmund, son cousin, module ses pensées et Fanny pense rarement par elle-même. Ainsi, si, au début, elle me paraissait intéressante, j’ai vite changé d’avis.

Ce qui m’a gênée, également, c’est le manque d’ironie dans le ton. Le tout reste assez neutre, et ne m’a pas permis de comprendre ce que Jane Austen a voulu dire… Je suppose qu’elle a voulu dénoncer l’égoïsme, les mariages par intérêt, certaines coutumes de la société anglaise du XIXe siècle, mais contrairement à Orgueil et Préjugés ou à Persuasion, j’ai trouvé le propos moins clair. 

Avec Marion, nous nous sommes par contre réjouies du fait que Mansfield Park ne soit pas notre première lecture de Jane Austen. Sinon, nous n’aurions peut-être pas eu envie de la redécouvrir. Avec Mansfield Park, c’est plutôt l’histoire qui nous a déçues, mais le talent de Jane Austen reste indéniable ! 

Je vous laisse le lien vers la chronique de Marion juste ici.

Et vous, qu’avez-vous pensé de Mansfield Park ?

562 pages. Archipoche (Édition collector).

 

Publicités