Un nom. Le sien. Juste là. 

Une vague me submerge.

Vague de souvenirs. Souvenirs amers.

La bile remonte à ma gorge.

Frissons d’horreur. 

Il me manque.

Il ne devrait pas.

Paradoxe. 

Il ne se souvient pas de moi.

Ou fait-il semblant ? 

Je n’ai pas compté pour lui.

Tant mieux, tant pis ? 

Aurais-je voulu compter ? 

Oui. 

Horrifiante réponse.

Honnête réponse.

Malheureuse réponse. 

Rien n’est plus fort que les mots.

Les mots passés, les mots présents. 

Ses mots, les miens.

Tous les « Et si… ».

Et si je ne lui avais jamais parlé ? 

Et si je lui parlais encore ?

Tant de suppositions. 

Alors que la seule qui mérite une réponse, c’est

« Et si j’apprenais à m’aimer ? »

 

Publicités