Une BD historique à vous glacer le sang.

Couverture Auschwitz 

En ex-Yougoslavie, en 1993, un couple se remémore Auschwitz. C’est le point de départ d’une histoire d’horreur. Chacun donne sa version à l’autre, selon ce qu’il a vécu. Leur fille, Ann, était également auprès d’eux dans ce camp de la mort. Eux ont survécu, mais au prix de quels souvenirs atroces ?

J’ai beau avoir entendu parler d’Auschwitz – comme la plupart des gens -, je suis restée sans voix devant certaines planches de cette BD. Déjà, j’ai appris certaines choses. Des faits que je ne connaissais pas sont relatés à travers l’histoire, puis expliqués dans un dossier à la toute fin. Une BD nécessaire, donc, d’un point de vue historique, mais aussi poignante. Certaines scènes vous retournent l’estomac. 

Les dessins sont en noir et blanc, froids ; les personnages ressemblent à des zombies/squelettes. D’ailleurs, j’avais parfois du mal à reconnaître certains d’entre eux. Mais finalement, pour moi, ça représente tout simplement la déshumanisation voulue par les nazis. L’impression d’horreur est parfaitement retransmise. Un style qui n’est pas forcément plaisant, mais qui est réaliste et qui rend bien compte de la situation. Les choix de Pascal Croci sont tous justifiés. C’est dur, mais c’est vrai. Il n’y a que ça qui compte. 

Je ne qualifierais pas Auschwitz de coup de cœur, car au début, je me sentais un peu perdue, j’aurais eu besoin d’une petite remise « à niveau ». Histoire de tout comprendre. Mais c’était une lecture nécessaire pour moi, qui m’a permis d’apprendre de nouvelles choses. Sautez dessus si vous vous intéressez à cette période de l’Histoire ! 

Ce genre de BD vous plaît-il ? Ou êtes-vous souvent trop bouleversés pour pouvoir les lire ? 

76 pages. Éditions Emmanuel Proust (Atmosphères)

Publicités