Court roman découvert grâce à l’Opération Masse critique de Babelio. Je ressors déçue de ma lecture… 😦 

J’ai donc reçu Six roses grâce à Babelio. Un petit mot accompagnait le livre, délicate attention. Malheureusement, le contact ne s’est pas établi entre le livre et moi. Merci aux Éditions iXe et à Babelio !

D’abord, je n’ai pas su trouver de fil conducteur. La narratrice, Judith, a subi des violences conjugales. Un thème poignant, bien évidemment. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’avais sélectionné Six roses lors de l’opération Masse Critique. Ma lecture n’a pas été aussi bonne que je l’avais espéré. Notamment parce qu’au final, j’ai surtout l’impression d’avoir lu des pensées que je ne comprenais pas toujours. La narratrice raconte, pense, brode, mais j’ai trouvé qu’elle s’éloignait parfois du sujet… Ce qui était peut-être fait exprès. J’ai passé de longs moments à analyser ce livre. 

Le style ne m’a pas convaincu. Enfin, la forme générale. Parce que la plume, elle, est superbe ! Un joli vocabulaire, de jolies phrases. Une petite citation sur la fragilité en plus dans mon cahier de citations. Et puis quelques bonnes réflexions sur la vision des gens sur les femmes battues.

La narratrice pense notamment qu’aux yeux de la société, une victime n’est plus une victime à partir du moment où elle sourit. Et puis, si elle pleure trop, là, elle s’apitoie, et ce n’est pas bien non plus. Et elle a bien raison ! Cela concerne tous les types de victimes. Et de conclure en disant que finalement, pour réellement être considérée comme une victime, il faut être morte. 

L’auteure analyse finement les réactions de la société vis-à-vis la violence faite aux femmes. Mais j’ai trouvé les propos décousus. Je ne comprenais pas certaines parties, je ne voyais pas toujours où la narratrice voulait en venir. C’était peut-être fait exprès, on peut se lancer dans toutes sortes d’hypothèses qui justifieraient les choix de l’auteure. Je respecte cela, mais je n’ai pas su m’y accrocher. 

Finalement, ce qui m’a manqué, c’est peut-être une histoire, avec une suite logique. Et une femme à laquelle je me serais attachée. Je suis peut-être passée à côté de quelque chose. À relire dans quelque temps, pour voir si j’y trouverai autre chose, histoire de ne pas rester sur une déception (parce que je n’aime pas ça, et que si le livre est édité, c’est qu’il a un intérêt certain, que je déteste ne pas trouver…).

J’adorerais savoir ce que vous en avez pensé, si vous l’avez lu !

132 pages. Éditions iXe. Collection iXe’ prime.

La fiche du livre sur le site des Éditions iXe

Une chronique sur le blog iXe

tous les livres sur Babelio.com
Publicités