Mitote (prononcez mi-to-té) : sorte de brouillard qui entoure une personne. Signifie chaos, cacophonie, entraîne un déséquilibre chez la personne, qui ne peut comprendre la source de ce déséquilibre.

Un grand merci à Librinova, tout particulièrement à Madeline, ainsi qu’à l’auteure.

Couverture La fille au mitote

1979. Quatre ados vivent un été enchanté dans la campagne lorraine, rêvant autour de la jeunesse débridée de Saint Augustin, au rythme de la musique de Led Zeppelin.
1985. Le plus prometteur d’entre eux est assassiné. Qui l’a tué ?
2008. Son fils cherche à comprendre ce qui est arrivé à son père quand il avait son âge. Que s’était-il noué entre les quatre amis l’été de leurs 17 ans ? Dans sa quête, il rencontre la fille de l’un d’eux. Quelle est l’origine de leurs prénoms : lui Robert, elle Esfera ? Quel est le rapport avec le sentiment d’Esfera de vivre entourée de brouillard ? Que verront-ils surgir lorsque celui-ci se dissipera ? L’amour peut-il y avoir sa place ?

Ça, c’était une partie du résumé de l’éditeur. Parce que j’ai eu beau tourner et retourner les phrases dans ma tête, impossible de trouver la bonne façon de vous résumer ce roman. J’avais à la fois peur de trop en dire et de ne pas assez développer. 

La fille au mitote est, pour moi, avant tout un roman sur la quête d’identité. Autant à travers Robert et Esfera, en 2008, qu’avec Jean-Jacques, Agatha, Blaise et Stéphane en 1979. Point d’alternance entre passé et présent. Le tout début est en 2008, puis nous passons en 1979 (et les années suivantes), pour revenir à 2008, pour finalement découvrir la résolution de ce meurtre. Et là, impossible de deviner. Aucun indice n’est donné à travers le roman. (Sincèrement, si vous devinez la fin, promettez-moi de vous lancer dans la divination) Le final est assez bluffant, troublant et apporte de nombreux questionnements. Pas sur l’histoire, mais sur la vie. 

Croyez-vous au destin ? Aux coïncidences ? Le passé de nos parents, grands-parents, etc. influence-t-il notre vie ? Pouvons-nous réellement vivre si nous ne connaissons pas TOUTE l’histoire de notre famille ? Je pense que je n’aurai jamais toutes les réponses. (Et comme je me pose déjà 10 000 questions par seconde, je m’en rajoute. Une de plus, une de moins, qu’est-ce que ça change ? )

Mis à part ce côté très psychologique dans lequel le lecteur est directement plongé, j’ai énormément apprécié les personnages. Ils sont tous attachants à leur façon. Très différents, également. Chacun a ses propres envies, ses propres rêves, mais ils essaient aussi d’avoir des projets communs, dans lesquels chacun apporte ses forces. Tout le monde pourra se reconnaître dans au moins un personnage (mais bien souvent plusieurs). Je pense honnêtement que le récit n’aurait pas la même force sans eux. La fille au mitote prouve que, peu importe l’époque, les progrès et les mœurs (liste non exhaustive), chaque personne est à la recherche de son identité. Chacun apprend de ses erreurs, fait des expériences, teste, pour finir par se trouver… plus ou moins tôt. C’est la réalité, et on prend peu de temps pour y réfléchir. Dans la société actuelle, on nous bourre le crâne d’obligations, de chemins à prendre alors que des chemins, il y en a autant qu’il y a d’individus. 

Le côté thriller n’est donc pas mis en avant. Pas de moments d’angoisse forte dans ce roman. Il faut chercher plus loin. Les relations se nouent, s’effacent ou perdurent. C’est un roman terriblement réaliste. L’amour, l’amitié, la famille, les déceptions, les joies, les révélations, tout ce qui fait la vie est présent dans La fille au mitote.

Quelques longueurs sont présentes à mon sens, mais est-ce réellement une mauvaise chose ? Il s’agit simplement de moments racontés par différents personnages, donc oui, on se répète, mais on a aussi plusieurs points de vue pour chaque événement. 

Le tout est porté par une jolie écriture, à la fois simple et recherchée. C’est un roman qui se lit avec facilité et qui nous porte doucement. Vers quoi ? À vous de le découvrir 😉  

Avez-vous envie de découvrir La fille au mitote ? Si vous l’avez lu, qu’en avez-vous pensé ? 

Pour en savoir plus, vous procurer ce roman ou même pour lire un extrait, rendez-vous sur la page de La fille au mitote sur Librinova.

Publicités