Jolie découverte avec ce petit roman qui traite du syndrome de Williams-Beuren. Merci à Bruno Madelaine qui, via le site SimPlement, m’a fait découvrir l’histoire de Simon. 

Couverture Les petits yeux étoilés

Les petits yeux étoilés, c’est donc l’histoire de Simon Renaud qui, retrouvant chez ses parents d’anciens carnets dans lesquels il écrivait, décide de nous raconter sa vie, en alternant souvenirs et extraits de ses écrits. Simon Renaud est atteint du syndrome de Williams-Beuren et nous le fait découvrir, expliquant ses désagréments, mais aussi les facultés particulières que cela lui a permis d’avoir. 

Simon est un personnage assez touchant et attachant, d’autant plus qu’il ne s’apitoie pas sur son sort et raconte non seulement son syndrome, mais aussi son quotidien, sa famille et son amitié avec Juliette. 

Un roman donc intéressant, d’autant plus que je ne connaissais pas du tout le syndrome de Williams-Beuren. J’ai trouvé qu’il était adapté aux plus jeunes également, Simon racontant plus particulièrement la période de ses dix-huit ans environ. 

La plume de Bruno Madelaine est empreinte de sensibilité et d’humour, souvent ironique. Je suis sensible à ce genre d’humour, mais il a parfois été de trop pour moi. Un petit exemple : Simon souhaiterait ne pas être enfermé dans la case « handicapé » et être considéré comme « normal », ce qui va de soi. Là où est le problème, c’est que Simon dit que, de toute façon, tous les autres sont pareils… Ce qui peut paraître moralisateur. Et contradictoire. Bref, quelques petites réflexions qui m’ont un peu gênée, où je me disais « Mais si tu ne veux pas être considéré comme « à part », commence par ne pas critiquer les autres… » Mis à part ce petit « défaut », je n’ai rien à redire. 

Les petits yeux étoilés se lit à une vitesse folle. Il est simple, bien construit, et l’idée du « journal intime » est très intéressante. Au-delà du syndrome Williams-Beuren, Simon raconte la générosité et l’entraide qui peuvent exister au sein de l’humanité. Un peu de douceur dans ce monde de brutes (et il y en a aussi dans l’histoire de Simon…) !

J’ai aimé suivre non seulement Simon, mais aussi ses parents et son frère, tous avec des réactions différentes, mais avec autant d’amour à offrir. J’ai appris de nouvelles choses, expliquées avec soin, sans lourdeurs. 

Je conseille ce roman à toutes les personnes désireuses de s’informer sur ce syndrome particulier, et qui ont également envie de passer un bon moment. Aux ados également ! À lire ! 

Connaissez-vous le syndrome de Williams-Beuren ? 

212 pages. Autoédité.

 

Publicités