Comment vous dire ? BOUM, j’ai reçu un choc en plein cœur avec cette BD.

Couverture Inès

Des dessins modernes, en noir et blanc. Généralement, le noir et blanc, ce n’est pas mon truc. Mais pour Inès, il ne pouvait pas en être autrement. Parce qu’il s’agit d’un sujet sombre et touchant et que trop de couleurs auraient tué le message. 

Inès, c’est l’histoire de beaucoup (TROP) de femmes et d’hommes lambda. Un sujet sensible, et donc une BD à ne pas mettre entre des mains trop jeunes. Le thème évoqué, plus important encore que l’histoire est celui des violences conjugales. Car au final, on nous transmet bien les pensées de la victime, ainsi que la manipulation de l’agresseur, à coup de «C’est de ta faute si je suis comme ça». Pas de péripéties alambiquées. Un message clair et simple. Les dessins ne montrent pas tout, mais font bien comprendre au lecteur le drame qui se joue. 

Et le lecteur se trouve embarqué. Il a envie de faire quelque chose, d’aider cette femme et sa petite fille, de dire aux voisins, qui se posent quelques questions : «Faites quelque chose !». Attendez-vous à des émotions fortes face à cette BD qui ne peut pas – qui ne DOIT pas – laisser indifférent. 

Une lecture difficile pour une lectrice aussi sensible que moi, mais nécessaire et intelligente, qui permet de comprendre la situation, autant par les dessins que par les dialogues. Je ne peux que conseiller cette lecture à tous et à toutes, passé un certain âge. 

Connaissez-vous cette BD ? Ou d’autres ouvrages sur les violences conjugales ?

101 pages. Éditions Drugstore.

Publicités