Couverture Coeur-naufrage

Premières lignes

Rien de tout cela n’était prévu, ni même prévisible.

Je n’étais pas épanouie, encore moins comblée. Mais j’étais, disons, tranquillement malheureuse et avec le recul, ce n’était pas si mal. Je vivais à la manière d’un chat d’appartement, dans la sécurité confortable d’un périmètre contrôlé, toute pleine d’habitudes, lovée dans la croûte dorés d’une délicieuse routine. La routine, je m’en rends compte aujourd’hui, est ce qui nous reste lorsqu’on a tout perdu. J’étais tellement perdue que je m’accrochais à des bribes de réel – la Rose de Titanic sur son morceau de bois, immobile, impuissante, regardant mourir ses rêves dans l’eau réfrigérée. 

 

Difficile de vous donner mes premières impressions sur Cœur-Naufrage. Je ne sais pas quoi en penser. J’ai le cœur qui se retourne, les larmes au bord des yeux pendant ma lecture, sans trop savoir pourquoi. 

J’adore la plume de Delphine Bertholon. C’est un style que j’apprécie beaucoup. Simple, mais recherché, travaillé. J’ai l’impression d’être avec Lyla, qu’elle s’adresse à moi tout particulièrement, qu’elle me raconte son histoire. On sent ses blessures, mais aussi sa force. 

Et puis il y a Joris. Blessé lui aussi, touchant à sa façon. Le poids du passé sur les épaules. 

Vous voyez, je ne sais pas quoi dire de plus. Je sens que ce sera une lecture bouleversante, avec des thèmes sur lesquels je lis assez peu. Le hasard, sans doute. 

Il y a quelques mois, j’ai gagné à un tirage au sort organisé par les Éditions JC Lattès. Je pouvais choisir n’importe quel livre de leur catalogue de nouveautés, et j’avais choisi Cœur-Naufrage. Et je suis particulièrement contente de mon choix ! 

L’avez-vous lu ? Y a-t-il des livres qui vous ont bouleversé dès le début, sans que vous ne sachiez réellement pourquoi ?

 

Publicités