Couverture VertigeImaginez: vous vous retrouvez dans le gouffre d’un glacier, enchaîné. Deux autres hommes sont avec vous, l’un enchaîné lui aussi, l’autre portant un masque qui menace d’exploser s’il s’éloigne trop de vous. Votre chien est également présent. … Vous sentez la panique, là?

 Je ne lis pas énormément de thrillers, mais Vertige est exactement le genre de roman qui me donne envie d’en découvrir d’autres. Je n’avais jamais lu Thilliez, mais je retenterai l’expérience tellement celle-ci m’a plu.

On est ici dans un huis-clos: nous suivons Jonathan, ancien alpiniste qui se retrouve dans un glacier. Avec lui, Michel et Farid, qui ne savent pas plus que lui ce qu’ils font là. S’ensuit alors une quête pour survivre, ne pas sombrer et tenter de découvrir pourquoi ils sont ainsi enfermés, eux que rien ne semble rapprocher.

Franck Thilliez sait très bien faire monter la tension, suggérant que vous allez découvrir un indice dans le paragraphe suivant, alors qu’il continue à vous décrire les actions et émotions des personnages. C’est ainsi que les 365 pages du roman défilent à une vitesse folle, vous entraînant dans un tourbillon de questions et d’angoisse. Je n’ai ressenti aucune longueur, le rythme est parfaitement maîtrisé.

 Au fil du roman, vous découvrez la vie des trois personnages principaux, chacun se livre selon son bon vouloir, chacun doute de la parole des deux autres, la folie semble les guetter…et vous guetter aussi, d’ailleurs. Vous ne savez plus qui croire, les pages défilent et vous ne savez pas s’ils vont réellement s’en sortir ou s’ils seront coincés dans ce gouffre. Vous avez peur pour eux. Les personnages ne sont pas particulièrement attachants, mais leur situation est si angoissante que vous ne pouvez vous empêcher de prier pour eux (façon de parler…). Difficile de sortir la tête de Vertige jusqu’à la toute fin (qui est d’ailleurs glaçante).

Le narrateur, Jonathan, m’a relativement laissée indifférente, jusqu’à la toute fin. L’alpinisme et plus généralement les activités extrêmes constituent un thème assez exploité grâce à lui. Il communique ses connaissances à ses camarades. Michel m’a parfois exaspéré. Il est un peu bourru, un coup relativement sympathique, un coup méchant et franchement bizarre. J’ai bien aimé le personnage de Farid, malheureusement un peu victime de préjugés. Je l’ai trouvé assez marrant dans son genre. Un jeune homme un peu perdu, un peu cynique avec un bon fond mais que la vie n’a pas toujours avantagé.

 Une question primordiale se pose dans ce roman : jusqu’où irions-nous pour survivre? Serions-nous prêts à révéler nos plus noirs secrets? Que serions-nous prêts à faire? Ferions-nous des choses extrêmes? Il est inévitable que le lecteur ne se pose pas ces questions en même temps que les personnages. À chacune de leurs actions, on se dit : «est-ce que je ferais la même chose si j’étais à sa place?» Au-delà du simple thriller, ce roman apporte des réflexions sur notre propre vie.

 Bref, je ne sais pas avec quels mots vous inciter à lire ce roman, véritablement angoissant et superbement bien mené. Si vous êtes fans de thriller, Vertige est fait pour vous!

Ma note: 17/20

  • Histoire et thèmes: 5/6
  • Personnages: 4/6
  • Construction du récit et rythme: 5/5
  • Écriture, style: 3/3

 

Avez-vous un roman de Franck Thilliez à me conseiller? Avez-vous lu Vertige? Si oui, avez-vous aimé?

365 pages. Éditions France Loisirs

Publicités