Je m’en vais, je reviens, je te quitte, je ne te quitte plus, je repars, non, je reviens…C’est un peu comme ça que l’on pourrait résumer le tome 2 de la saga After. Mais j’ai quand même deux ou trois trucs à vous dire dessus…

Couverture After, intégrale, tome 2 : After we collided

Je n’avais pas de blog lorsque j’ai lu le premier tome, il y a plusieurs mois… J’étais ressortie de ma lecture un brin mitigée, surtout parce que je voyais de nombreuses jeunes filles en pâmoison devant ce cher Hardin Scott. Et moi, je ne comprenais pas. Je ne comprends toujours pas. Mais reparlons-en un peu plus tard.

Bref, j’avais tout de même trouvé l’histoire palpitante, After étant un vrai page-turner. Si vous ne l’avez pas lu, voici le pitch :

Tessa Young est une jeune fille dont la vie est planifiée à la seconde près. Elle sort avec Noah, un jeune homme bien rangé également, au grand bonheur de sa mère. Noah étant plus jeune qu’elle, Tessa fait sa rentrée à l’université seule et rencontre Hardin Scott, garçon malpoli, moqueur, parfois méchant…et elle en tombe amoureuse.

ATTENTION : Si vous n’avez pas lu le tome 1, je vous déconseille de lire la suite. Pour donner mon avis, je suis légèrement obligée de parler de ce qu’il se passe à la fin du premier tome. À vos risques et périls, donc.

Dans le tome 2, on retrouve Tessa, mortifiée d’apprendre le pari qu’Hardin a remporté. Vous vous doutez bien que pour que l’histoire continue, elle finit par lui pardonner. En gros, le tome 2, c’est leur histoire qui continue (j’hésite à dire « évolue », parce qu’elle n’évolue pas tant que ça, à mon sens). Ce roman est truffé de mensonges, disputes, de «je te quitte» et de «non, finalement, je reste». Autant le savoir tout de suite. Si vous avez aimé le premier tome, je pense que vous aimerez probablement le second, quoique certains se sont lassés… Autre chose à savoir, Anna Todd ne fait pas de retour en arrière donc assurez-vous de vous souvenir des personnages et des évènements avant d’ouvrir le tome 2.

Mon avis :

Le point positif du roman, ce sont les évènements qui s’enchaînent à toute vitesse. C’est ce qui fait que les 857 pages passent très rapidement. (Quand j’ai lu le premier tome, voyant ses 812 pages, je pensais que j’allais mettre 3 semaines à le lire et non pas…4 jours.)Il se passe toujours un truc; une dispute, un mensonge, le passé qui resurgit, un Hardin qui s’énerve pour rien du tout, une Tessa qui fait n’importe quoi, etc  (parce que ce n’est pas une sainte non plus, ne tombez pas dans le panneau…).  Il faut dire que l’écriture est fluide et très simple, ce qui rend la lecture d’autant plus facile.

Mais After est loin d’être un modèle pour la réalité. Je pense que j’apprécierais plus cette saga si personne ne disait vouloir d’une relation comme celle d’Hardin et Tessa.

Parlons un peu de ces deux-là, tiens…

Tessa est une gentille fille mais très naïve. Un coup elle montre son caractère et dit «non, c’est fini, je dois avancer et ne plus penser à Hardin.» pour trois pages plus loin nous dire «mais il m’aime alors je reste avec lui, je vais lui pardonner.» Elle me laisse cependant relativement indifférente.

Hardin quant à lui est toujours aussi exécrable et violent. D’accord, il aime Tessa. Mais sincèrement, un gars fait le pari qu’il va coucher avec vous, montre les preuves à ses copains, (si on peut appeler ça des copains…) tombe amoureux de vous, mais vous laisse dans l’ignorance totale concernant le dit pari. Vous trouvez ça normal? Le pire, c’est que les mensonges et les bagarres continuent… Hardin se plaint de ses copains, dit à Tessa qu’ils sont nuls (pour le dire plus poliment que lui…) mais continue à les fréquenter…qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez lui? Alors oui, son passé est très lourd, mais certains comportements ne sont pas pardonnables simplement à cause du passé. Une fois, oui, mais à répétition comme c’est le cas dans le roman, non.  Il est aussi très jaloux et possessif, voulant en quelque sorte contrôler la vie de Tessa, notamment ses relations. Il a également un très gros souci avec la violence, ce qui n’arrange pas les choses.

Vous me direz : mais c’est une histoire! Et je suis bien d’accord avec vous. Sauf que je vois des jeunes filles qui disent vouloir un copain comme Hardin et ça me révolte. La relation entre Hardin et Tessa est complètement malsaine et je ne vois pas en quoi elle peut être souhaitable. D’accord, sur le plan sexuel, Hardin a été doux avec Tessa. Mais en lisant le deuxième tome, notamment les chapitres où il est le narrateur, les mots employés me donnent envie de vomir. «C’est moi qui la baise, quand je la nique, etc.», je ne sais pas vous, mais ce sont des expressions qui me feraient fuir si je les entendais de la bouche d’un homme. Si j’ai raté quelque chose de merveilleux dans le comportement d’Hardin, n’hésitez pas à me le dire, je suis peut-être vieux jeu sans m’en rendre compte!

Pour finir avec Tessa et Hardin, tous les deux ont des comportements indésirables (je ne spoilerai pas, ne vous en faites pas!), s’en rendent compte, mais cherchent toujours à accuser l’autres. Exemple de phrase type que j’ai trouvée plusieurs fois dans le roman : «oui, j’ai fait telle chose, mais à ma décharge, il/elle a dit/fait ceci, donc…» Vous comprendrez donc que j’ai parfois été exaspérée pendant ma lecture. À noter que Tessa et Hardin sont tous les deux narrateurs, selon les chapitres.  

Je dois aussi dire que certains clichés m’ont beaucoup déplu. Je pense particulièrement à Tessa qui, ayant beaucoup trop bu, appelle Hardin alors qu’ils ne sont plus ensemble… J’aurais espéré qu’Anna Todd créé une jeune femme forte, qui tient à ses convictions plutôt que de la faire plonger dans des clichés pareils…

Puisque l’on parle de New Romance, il y a de l’érotisme. J’ai trouvé les scènes érotiques trop nombreuses et ne faisant pas forcément avancer l’histoire. 

Alors là, vous vous dites peut-être : «qu’est-ce qu’elle est négative, elle n’a pas du tout aimé le roman, elle n’a rien compris…» Détrompez-vous, il y a des choses qui m’ont beaucoup plu! Par exemple, j’ai adoré rencontrer la mère d’Hardin, Trish. C’est une femme très courageuse, qui aime son fils plus que tout, qui a vécu des horreurs que l’on ne souhaiterait même pas à son pire ennemi et pourtant, elle continue d’aimer la vie et prodigue de très bons conseils. C’est un personnage que j’admire beaucoup. J’aime bien Ken, le père d’Hardin. Il a prouvé qu’il pouvait changer et je souhaite de tout cœur que son fils prendra exemple sur lui. Tessa est également bien entourée avec Landon, un garçon très sympa qui commence à montrer son caractère. J’ai bien aimé Zed dans ce tome, malgré certains questionnements à son sujet…

Et sinon, la fin…qui bien sûr a pour but de vous faire lire (donc acheter…) le troisième tome, mais qui laisse présager de bons moments de lecture. Disons que j’espère que le tome 3 s’attardera sur les histoires personnelles des personnages et pas seulement sur la relation entre Tessa et Hardin. Le dernier mot du tome 2 soulève de nombreuses questions et me donne très envie de lire la suite…donc vous voyez bien que j’ai tout de même apprécié ma lecture 😉

Bref, un moment de lecture agréable, mais qui fait réagir quant aux répercussions du récit dans la vie réelle. Espérons que les prochains tomes diffèrent un peu.

Lisez-vous la saga After? Qu’en pensez-vous? Qu’avez-vous aimé ou moins aimé?

857 pages. Éditions Le Livre de poche.

Publicités