Ça vous dit un petit voyage dans l’Angleterre du début du 19e siècle*? Alors, venez le découvrir sous la plume de Jane Austen.

Couverture Orgueil et préjugés

Qu’est-ce qu’Orgueil et Préjugés? Qu’est-ce que ça raconte?

Eh bien, on suit la famille Bennet dont le but ultime (comme toute famille de cette époque…) est de réussir à bien marier ses cinq filles, malgré une rente moyenne et quelques complications qui surviendront dans le récit. Bien entendu, la partie de l’histoire qui passionne les foules est celle d’Elisabeth, l’une des aînées, et de Mr. Darcy (un dieu vivant à mon avis, et je crois que je ne suis pas la seule qui pense cela…).

Notez bien que d’autres histoires d’amour, de haine, de fraternité, d’amitié, d’hypocrisie surviennent tout au long du roman donc ne prenez pas peur si les récits romantiques et niais ne vous plaisent pas. D’ailleurs, l’histoire d’Elisabeth et de Darcy n’est pas toujours romantique et est loin d’être niaise.

Les personnages sont tous très différents mais tous aussi bien dépeints les uns que les autres. Chaque sœur du clan Bennet a une personnalité différente. Par exemple, Elisabeth est une femme sûre d’elle, avec du caractère, qui n’accepterait jamais d’épouser un homme qui ne lui plaît pas, aussi riche soit-il. Sa jeune sœur Lydia, quant à elle, est plutôt…disons…frivole et s’amourache du premier officier venu et les conséquences sont horribles pour sa famille, mais ça, elle s’en fout (pour être polie). Il y a aussi Jane, une romantique qui voit toujours le meilleur en chaque personne (oui, je crois même qu’elle défendrait le diable s’il le fallait), Kitty, qui suit les traces de Lydia jusqu’à la fin du roman et Mary, toujours plongée dans ses livres (quelqu’un ici se reconnaît-il?)

Mrs. Bennet, la maman de tout ce beau petit monde est décrite comme une femme qui souhaite seulement que ses filles se marient à de riches jeunes hommes. Oui, je pense que c’est pour cela qu’elle vit, quitte à paraître stupide ou hypocrite. Le papa, Mr. Bennet, est un homme d’un calme olympien et m’a tout à fait plu avec ses petites pointes de sarcasme.

D’autres personnages géniaux sont présents tout au long du roman, tels Mr. Wickham, Mr. Bingley et ses sœurs, les divers oncles et tantes des sœurs Bennet, un certain Mr. Collins (très légèrement) détestable et surtout, mais surtout (et si vous n’aviez pas compris, SURTOUT) Mr. Darcy, beau jeune homme riche et…hautain. En tout cas le paraît-il aux yeux de tout le monde (ou presque parce que vous vous doutez bien que des demoiselles le convoitent en lui faisant les yeux doux). Je ne vous en dis pas plus sur lui, car le mieux, c’est vraiment de le découvrir en tournant les pages du roman.

Bref, Orgueil et Préjugés, c’est le joyeux mélange de tout ce petit monde et leurs interactions et c’est tout simplement délicieux!

Il faut dire que l’écriture de Jane Austen est elle aussi délicieuse (décidemment, ça commence à devenir un festin ici!). Non seulement, c’est joliment écrit et très accessible (oui, franchement, n’ayez pas peur des classiques comme ça, s’il-vous-plaît!) mais en plus, elle utilise l’ironie pour se moquer des usages de l’époque et ça, j’adore. Jane Austen, c’est un peu Elisabeth Bennet, finalement. Elle n’est pas d’accord avec les coutumes et le fait savoir…avec classe et élégance. Elle n’hésite pas à se moquer de ses personnages, de leurs opinions et de leurs comportements et cela rend le roman encore plus savoureux.

Le seul bémol de cette œuvre, c’est le début, que j’ai trouvé beaucoup trop lent. Ce n’est peut-être que mon ressenti, c’est peut-être aussi parce que je m’attendais à ce que l’histoire entre Elisabeth et Darcy commence dès le début… J’ai trouvé aussi que le roman était un peu trop long, quoique cela n’enlève rien à ses qualités. Je suis curieuse de savoir si vous avez eu le même ressenti.

Bref, vous l’aurez compris, je ne peux que vous recommander Orgueil et Préjugés. Les personnages sont attachants, l’histoire est prenante et pleine événements et l’écriture de l’auteur est merveilleuse!

Faites-moi part de vos commentaires sur cette œuvre! Quels sont vos personnages préférés, qu’avez-vous aimé, ou moins aimé?

*En réalité, le roman ayant été écrit à la fin du 18e siècle et ayant été retravaillé au début du 19e, l’histoire représente aussi bien la fin du 18e que le début du 19e.

369 pages. Éditions 10/18

Publicités